/news/currentevents
Navigation

Crise du propane : manif de tracteurs au centre-ville

Des producteurs de grains en ont marre de la grève du Canadien National qui cause une pénurie de propane

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines d’agriculteurs de la Montérégie ont conduit leurs tracteurs jusqu’au centre-ville de Montréal, vendredi, pour afficher leur colère face à la grève au Canadien National qui pourrait leur coûter des centaines de milliers de dollars.

• À lire aussi - Conflit au CN: la négociation favorisée par Ottawa

• À lire aussi - Crise du propane: une situation catastrophique

En fin d’après-midi, une cinquantaine de producteurs de grains ont réalisé un coup d’éclat en conduisant une quinzaine de tracteurs qu’ils ont stationnés devant les bureaux du Canadien National (CN) sur la rue De La Gauchetière Ouest au centre-ville de la métropole.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Ils voulaient ainsi mettre de la pression pour que le conflit qui les empêche d’avoir du gaz propane se règle.

Leur manifestation a provoqué un important ralentissement de la circulation en pleine heure de pointe, notamment sur le pont Jacques-Cartier.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

La saison a déjà été pénible pour les producteurs de grains : semis tardifs qui retardent la récolte d’environ deux semaines, vents qui couchent les plans au sol, neige hâtive. La cerise sur le sundae ?

La grève de quelque 3200 employés de l’entreprise ferroviaire qui a commencé mardi et qui bloque désormais la livraison de gaz propane pour alimenter les séchoirs de maïs destinés aux animaux, les empêche de terminer les récoltes.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Ras-le-bol

« On a un ras-le-bol. Les producteurs perdent à chaque fois. C’est tout le temps des pertes et des travaux supplémentaires qu’on a à faire », se désole Gaétan Phaneuf, de la ferme Fatran à Saint-Liboire, près de Saint-Hyacinthe.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

M. Phaneuf estime qu’environ 65 % de son maïs dort sous la neige. La machinerie pourra le récupérer si les accumulations fondent dans les prochains jours, mais il va pourrir s’il n’y a pas de propane pour le sécher. Les pertes pourraient ainsi être de plus de 300 000 $, selon sa conjointe Lise Tremblay.

Elle souligne que la ferme a reçu 30 000 poussins jeudi. Ils sont au chaud pour le moment et il y a des réserves de propane pour quelques jours de chauffage, mais elle s’inquiète.

Une quinzaine de tracteurs sont passés sur le pont Jacques-Cartier, à Montréal, en fin d’après-midi vendredi.
Photo agence QMI, Maxime Deland
Une quinzaine de tracteurs sont passés sur le pont Jacques-Cartier, à Montréal, en fin d’après-midi vendredi.

Pression

La pression est aussi insoutenable pour Pierre Paré de la ferme PGA Paré de Sainte-Hélène-de-Bagot, située entre Saint-Hyacinthe et Drummondville.

« C’est très difficile depuis le printemps. Le stress est à son apogée. J’en ai assez cette année, il faut que ça se termine », explique-t-il.

Certains agriculteurs ont posé des pancartes sur leurs véhicules, garés devant les bureaux du Canadien National sur la rue De La Gauchetière Ouest.
Photo agence QMI, Maxime Deland
Certains agriculteurs ont posé des pancartes sur leurs véhicules, garés devant les bureaux du Canadien National sur la rue De La Gauchetière Ouest.

Le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de Beauharnois-Salaberry, François Vincent lance un appel au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qu’il somme de régler la situation.

« Qu’il arrête de jouer à ‘‘Monsieur Selfie’’ et qu’il nous prouve qu’il est un dirigeant honnête et un gars qui est capable de prendre des décisions », dit-il.

Le gouvernement Legault ne réclame plus de loi spéciale pour forcer le retour au travail des cheminots du CN, et le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a refusé d’y avoir recours vendredi.

Gaétan Phaneuf, de Saint-Liboire, craint de devoir essuyer des pertes importantes si le propane n’est pas disponible rapidement.
Photo agence QMI, Maxime Deland
Gaétan Phaneuf, de Saint-Liboire, craint de devoir essuyer des pertes importantes si le propane n’est pas disponible rapidement.

20 millions de litres

Le Québec peut compter actuellement sur environ 20 millions de litres de gaz propane, ce qui permettrait de tenir jusqu’à la semaine prochaine, selon le ministre québécois de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.

La convention collective des employés du CN est échue depuis le 23 juillet.

Vendredi, le syndicat qui représente les quelque 3000 salariés en grève a laissé entendre dans un communiqué que la pénurie de propane au pays « serait fabriquée de toutes pièces par le Canadien National ».

– Avec Patrick Bellerose, Bureau parlementaire