/investigations
Navigation

[CARTE INTERACTIVE] À qui appartient Québec?

Des Montréalais sont à 
l’assaut de la capitale, où ils comptent investir des centaines de millions de dollars

[CARTE INTERACTIVE] À qui appartient Québec?

Coup d'oeil sur cet article

De plus en plus de promoteurs montréalais ont les yeux sur la capitale et ils se préparent à y injecter des centaines de millions de dollars. Pendant ce temps, plusieurs joueurs nationaux quittent le marché de Québec.  

• À lire aussi: Reportage sur les édifices: connaissez-vous bien Québec? 

• À lire aussi: Groupe Mach prévoit investir un demi-milliard
 à Québec 

«Depuis deux ans, on constate effectivement un changement dans la région», indique au Journal Alain Roy, directeur général du groupe Altus, une organisation spécialisée dans le domaine de l’immobilier au Canada.        

  

  

M. Roy mentionne que les départs de compagnies canadiennes comme Allied Properties, Dream office et récemment First Capital Realty dans la région de Québec ont ouvert la porte à de nouveaux investisseurs.        

Il précise que ces entreprises souhaitent maintenant concentrer leurs investissements dans des marchés centraux, comme Vancouver, Montréal et Toronto, où la valeur des édifices a connu une ascension fulgurante.        

«Le volume de transactions à Québec est aux alentours de 450 à 500 millions $ par année. À Toronto, une tour se vend 500 millions $», répond M. Roy.        

«Pour eux, c’est autant de travail d’acheter un édifice de 500 millions $ que de 5 millions $», poursuit-il, pour expliquer cette tendance.        

Ce changement de garde a toutefois comme conséquence de relayer Québec à un marché «plus secondaire», estime le DG, soit «moins attrayant» financièrement. Ce qui laisse plus de place aux entreprises d’ici pour réaliser des acquisitions.        

Pluie de millions de dollars  

Au cours des dernières années, aussi en raison de l’annonce du développement d’un réseau structurant de transport en commun, plusieurs promoteurs montréalais ont décidé de s’établir à Québec.        

Groupe Mach (voir autre texte) a multiplié les achats afin de consolider sa présence dans le quartier Saint-Roch. Un secteur où il détient plus de 40 % des parts dans le marché des immeubles de bureaux.        

Habitation Trigone a récemment annoncé qu’il prévoyait réaliser sept projets immobiliers évalués à 500 millions $ au cours des cinq prochaines années, dont un développement résidentiel de 200 millions $ à l’intersection des boulevards Lebourgneuf et Pierre-Bertrand.        

Le groupe montréalais Kevlar, avec comme partenaires Groupe Patrimoine et Constrobourg, a également un chantier de 750 millions $ à Lebourgneuf.        

Nouveau «boom» immobilier  

«Ce qui a motivé les acquisitions au cours des 24 derniers mois, c’est beaucoup la densification et le potentiel de redéveloppement des sites. On le voit avec le centre commercial Fleur de Lys et le groupe Trudel Alliance», souligne M. Roy.        

Ce dernier estime que Québec devrait connaître un nouveau «boom» immobilier au cours des prochaines années.        

«La Ville est actuellement très ouverte pour de nouveaux projets et elle autorise aussi plus de hauteur. Il y a 10 ans, nous n’avions pas beaucoup de propriétés de 10 étages, aujourd’hui, c’est plus commun», conclut-il.