/news/politics
Navigation

Course à la chefferie du PLQ: Cusson ne critique pas la loi 21

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – Ceux qui espéraient connaître davantage Alexandre Cusson devront patienter. Le maire de Drummondville a évité de se mouiller sur plusieurs sujets, y compris la loi 21, lors du lancement de sa campagne à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ).  

«Je suis reconnu pour être quelqu’un à l’écoute. Je vais écouter. Je vais poursuivre l’écoute», a lancé l’homme de 51 ans lors d’une mêlée de presse samedi à Sherbrooke, à l’ouverture du Conseil général du PLQ.       

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Difficile de savoir toutefois ce qui anime ce dernier. Le citoyen Cusson a refusé de dire ce qu’il pensait de la loi 21 sur la laïcité, honnie par plusieurs militants. « Ça, c’est une position qu’on va élaborer au cours des prochains moins. Je suis en faveur d’une société laïque. Mais ceci dit, les droits des minorités, c’est aussi une priorité. Il faut protéger les minorités francophones ailleurs au Canada, pour moi, c’est une valeur importante», a-t-il lancé. Le PLQ a voté contre cette loi lors de son adoption.       

Pragmatisme en environnement  

Sur l’environnement et le projet d’exportation d’hydrocarbure de GNL Québec par exemple, pas davantage de réponses de M. Cusson. «La transition énergétique sera assurément le prochain projet de société au Québec. Il faut faire les choses de façon pragmatique. Et faire les choses de façon pragmatique, ça veut dire analyser l’ensemble des projets, leurs conséquences, et prendre les décisions intelligentes», a-t-il dit.       

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

  

Comment reconnecter avec les francophones et mieux défendre l’identité? «Pour moi, c’est extrêmement important que l’ensemble des Québécois se reconnaissent dans la plateforme du PLQ. Ça veut dire les Québécois de souche, ça veut aussi dire nos minorités», a-t-il lancé, sans indiquer comment y parvenir.       

M. Cusson a d’ailleurs présenté une définition originale de l’expression Québécois de souche. Ce sont «des gens qui sont nés ici et de partout dans le monde». «Il y a des gens qui sont arrivés au Québec il y a des dizaines et des dizaines d’années. Je discutais avec des gens de la communauté italienne à Montréal. Ces gens-là sont des Québécois de souche. Pour moi, c’est tout le monde au fond. Et il y a les immigrants, des gens qui sont arrivés au cours des dernières années qu’on souhaite intégrer à notre culture», a-t-il dit.       

Décentralisation  

Il se dit nationaliste. Qu’est-ce que ça veut dire pour lui? «C’est important que le Québec soit toujours au premier rang quand on se compare par exemple aux autres provinces ou au reste du monde». Il a affirmé qu’il voulait devenir premier ministre pour décentraliser les décisions.       

M. Cusson devra toutefois prendre rapidement position sur la loi 21. La veille, l’autre candidate dans la course, Dominique Anglade, a présenté sa position. Si elle prend le pouvoir, elle ne liquidera pas la loi 21, mais laissera les tribunaux agir en ne renouvelant pas la clause dérogatoire qui la protège.       

Malaise sur la laïcité  

Mais cette position ne plaît pas à tous. Le président de la Commission des communautés culturelles du parti, Mohammed Barhone, se méfie du virage nationaliste. «Est-ce que Mme Anglade va défendre la loi ou rester neutre? C’est encore une zone grise », a-t-il dit.       

Le militant Antoine Dionne Charest, fils de l’ancien premier ministre Jean Charest, rappelle que «l’ADN du PLQ, ce sont les libertés individuelles» et que la loi 21 «restreint les libertés individuelles sans faire de justification». «Mme Anglade a pris une position. Moi, comme militant, je suis opposé à la loi 21 telle quelle. Je ne peux pas l’accepter, a-t-il dit. Les tribunaux feront le travail. Moi, comme militant, je suis contre la loi 21.» Il n’a toutefois pas indiqué qu’il souhaitait l’abrogation de la loi.       

Pas un référendum sur la loi 21  

Le député Monsef Derraji, ardent critique de cette pièce législative, émet toutefois un bémol. «Je ne veux surtout pas que la course se transforme en référendum sur les pour et les contre de la loi 21. Je ne pense pas que les troupes du PLQ vont se mobiliser uniquement par rapport à la loi 21», a-t-il dit.       

Il demande toutefois plus de clarté aux deux candidats. «Il faut que tout chef soit clair sur ses intentions. Que ce soit la loi 21, les politiques migratoires, l’environnement, on s’attend à ce que la personne qui veut gouverner le Québec de demain [...] ait des idées très claires. Il ne faut pas laisser de zone d’ambiguïté», a ajouté l’élu, toujours neutre dans cette course.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.