/travel/autres-destinations
Navigation

L’Égypte, comme dans un roman d’Agatha Christie

Coup d'oeil sur cet article

 LOUXOR, Égypte — Faire une croisière en Égypte, c’est bien. Mais faire une croisière en Égypte à bord du navire où Agatha Christie a trouvé l’inspiration pour son roman Mort sur le Nil, c’est encore mieux. Surtout quand le navire en question a conservé son allure — et son chic — des années 1920, et qu’il nous emmène voir les plus belles merveilles qui émaillent les rivages du Nil.  

L’un des multiples ponts du SS Sudan.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
L’un des multiples ponts du SS Sudan.

 Dans le souk d’Assouan, à quelques pas du plus grand fleuve d’Afrique, les paniers débordent d’épices, de dattes et de fleurs d’hibiscus. Les hommes fument la chicha dans les cafés, les femmes et les enfants finalisent les achats pour la rentrée scolaire et quelques rares touristes se fraient un chemin dans la foule en reluquant les chemises de coton et les petits sphinx en toc. Quelques coins de rue plus loin, le SS Sudan accueille un groupe de passagers fraîchement débarqués de France, des États-Unis, du Québec et d’ailleurs pour une croisière de six jours en Haute-Égypte, entre les villes d’Assouan et de Louxor.   

 Le départ est prévu le lendemain matin, mais sur les ponts impeccablement cirés du navire, on est déjà à mille lieues de l’agitation du marché, et le voyage dans le temps a déjà commencé.   

L’heure du thé sur le pont-soleil du SS Sudan.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
L’heure du thé sur le pont-soleil du SS Sudan.

 Le dernier bateau à vapeur du Nil  

 « Quand on parle du SS Sudan, on parle d’un bateau très ancien, le plus ancien bateau sur le Nil, nous explique le directeur de bord, Amir Attia. On parle de bateau unique aussi, parce que c’est le seul qui navigue encore à la vapeur de nos jours. »   

 Conçu et construit par la compagnie de Thomas Cook, le SS Sudan a commencé à voguer sur le Nil après la Première Guerre mondiale, vers 1920. « Ce bateau a été construit spécialement pour la famille royale égyptienne, pour le roi Fouad, qui a été souverain d’Égypte de 1917 à 1936 », précise Amir. Véritable palais flottant, le Steam Ship Sudan a accueilli différents membres de la famille royale, mais aussi plusieurs de leurs invités de marque, dont la célèbre romancière anglaise Agatha Christie, en 1934.   

L’une des cabines de type suite du SS Sudan.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
L’une des cabines de type suite du SS Sudan.

 Ce n’est qu’en 1991, après des décennies d’abandon suivant la Seconde Guerre mondiale, que le SS Sudan a été transformé en bateau pour touristes. Et c’est au courant des années 2000 qu’il a retrouvé son lustre d’antan, quand la compagnie Voyageurs du Monde en a fait l’acquisition et la rénovation.   

 Aujourd’hui, que l’on soit en train de prendre le thé sur le pont-soleil, d’observer le va-et-vient des pistons d’origine ou d’utiliser le téléphone d’époque de sa cabine pour appeler la réception, on s’y sent comme dans un roman d’Agatha Christie... les meurtres et les intrigues en moins !   

Le Steam Ship Sudan sur le Nil au coucher du soleil.
Photo Courtoisie, Olivier Romano
Le Steam Ship Sudan sur le Nil au coucher du soleil.

 L’une des 24 cabines du bateau porte le nom d’ailleurs de la prolifique romancière, en souvenir de son passage à bord. « Elle a commencé son séjour au Old Winter Palace, elle est montée sur le Sudan, notre bateau, et elle a terminé son séjour au Old Cataract », nous explique Amir, en faisant référence à de grands hôtels qui existent toujours aujourd’hui. « Grâce à son séjour en Égypte et grâce à son séjour à bord, poursuit-il, elle a trouvé l’inspiration pour écrire son livre Mort sur le Nil. »   

 L’Égypte des pharaons   

Le pylône du temple d’Edfou.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
Le pylône du temple d’Edfou.

 L’ambiance et le chic du SS Sudan nous en feraient presque oublier le but du voyage s’il n’était pas si mythique : visiter les temples et les tombeaux de l’époque des pharaons, qui ont régné sur l’Égypte pendant 30 siècles, entre le 4e millénaire avant notre ère jusqu’à trente années précédant la naissance de Jésus-Christ.   

 Au fil de la croisière entre Assouan et Louxor, les passagers découvriront une foule de merveilles de l’Antiquité et tenteront de déchiffrer plus de hiéroglyphes qu’ils n’auraient sans doute jamais pensé pouvoir en contempler.   

  

Inscription dans la tombe de Ramsès 4.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
Inscription dans la tombe de Ramsès 4.

  

 Les premiers temples à l’itinéraire sont ceux de Philae, qui trônent sur une petite île du Nil, près d’Assouan. Datant de l’époque romaine, ils sont dédiés à la déesse Isis et, pour l’anecdote, font partie des sites archéologiques où se rend Hercule Poirot dans Mort sur Nil.  

 Viendra ensuite le temple de Kom Ombo, où les Égyptiens vénéraient Horus et Sobek, le dieu à la tête de crocodile. Dans le petit musée adjacent, on découvrira avec fascination une vingtaine de momies de crocodiles vieilles de 4000 ans, trouvées quelques kilomètres plus loin dans le cimetière d’El Shabt.   

Le temple de Philae, près d’Assouan, sur le Nil.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
Le temple de Philae, près d’Assouan, sur le Nil.

 Il y aura ensuite le temple d’Edfou, avec ses deux faucons de granit noir, son pylône de 36 m de haut et ses murs couverts de hiéroglyphes. Le temple peu visité de Denderah, près de Qena, avec ses plafonds richement colorés et son immense gravure de Cléopâtre. Puis, le temple de Sethi 1er, dans la ville sainte d’Abydos, dédié à Osiris, le dieu égyptien de la mort et de la résurrection.   

 À Louxor, ville égyptienne de 500 000 habitants où les vestiges antiques côtoient les commerces modernes et les calèches taxis, ce seront les dizaines de colonnes de l’immense temple de Karnak qui feront forte impression. Idem pour les colosses de pierre de Ramsès II au temple de Louxor. Et que dire de l’allée des Sphinx, cette artère bordée de sphinx de pierre qui faisait autrefois 3 km de long ?   

Cléopâtre VII, sur une façade du 
temple de Denderah, près de Qena.
Photo Agence QMI, Sarah Bergeron-Ouellet
Cléopâtre VII, sur une façade du temple de Denderah, près de Qena.

 Au gré du Nil  

 Au cours du voyage, les visites – accompagnées par un guide francophone passionné de hiéroglyphes – sont entrecoupées de moments de navigation. Le SS Sudan prend tout son temps ; il effectue en cinq jours un trajet qui ne prendrait que quelques heures en voiture.   

 Les passagers ont amplement l’occasion de profiter de la brise du désert, de la cuisine d’inspiration égyptienne servie à bord et des paysages qui défilent de chaque côté du Nil, particulièrement au coucher du soleil, quand la lumière dorée éclaire les dunes, les felouques, les dattiers ou les minarets des mosquées.   

  

SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI

  

 La vallée sacrée  

 Le « clou archéologique » du voyage survient au dernier jour de la croisière. Il s’agit de la fameuse vallée des Rois. Située près de Louxor, sur la rive ouest du Nil, c’est là où se trouvent les tombeaux des pharaons et de leur famille. Plus de 60 tombes royales y ont été découvertes, datant de 1500 à 1100 avant notre ère.   

Difficile de décrire la beauté et le degré de préservation incroyable des gravures de la tombe de Ramsès 4, les formes imposantes du sarcophage de pierre brisé de Ramsès 6 ou les couloirs finement décorés du tombeau de Ramsès 9.  

Difficile aussi de rendre justice à la finesse des hiéroglyphes et aux couleurs encore tellement vives de la tombe de Néfertari ou à l’émotion que l’on ressent en passant devant celle du fameux Toutankhamon.   

  

Dans la tombe de Néfertari.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
Dans la tombe de Néfertari.

  

Même les chantiers archéologiques actuels de la vallée des Rois ont de quoi fasciner. Avec leurs pioches et leurs brouettes, ils ne semblent pas si différents de ceux qu’a pu voir Agatha Christie quand elle découvrait les mystères du Nil, à bord du SS Sudan.   

  

 INFOS PRATIQUES      

  •  Envie de voguer entre l’Antiquité et l’entre-deux-guerres vous aussi ? Les croisières sur le SS Sudan sont opérées par Voyageurs du Monde, une agence de voyages qui se spécialise dans les séjours sur mesure et qui a pignon sur rue à Montréal et à Québec.   
  •  Transferts privés, accompagnement à l’enregistrement à l’aéroport et service de concierge local 24 h/24 à destination (par téléphone ou messagerie) font partie des nombreuses attentions personnalisées qui sont offertes par Voyageurs du Monde.   
  •  Le prix moyen d’une croisière comme celle-ci est estimé à 6500 $ par personne, mais varie toujours en fonction des demandes et saisons. Il comprend notamment les vols, cinq jours et six nuits à bord du SS Sudan, deux nuits dans des hôtels historiques de luxe à Assouan et Louxor, un guide francophone et les attentions personnalisées mentionnées ci-haut.   
  •  Pour en savoir plus : voyageursdumonde.ca   

  

Le pont-soleil du SS Sudan.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
Le pont-soleil du SS Sudan.

  

 L’HÔTEL OLD CATARACT   

 Les voyageurs qui aiment l’idée de faire un séjour sur les pas d’Agatha Christie voudront sûrement se poser à l’hôtel Sofitel Legend Old Cataract, sur le bord du Nil, à Assouan. C’est dans la suite qui porte aujourd’hui son nom que la romancière aurait écrit le premier chapitre de Mort sur le Nil. Construit en 1899 par Thomas Cook, le Old Cataract a conservé tout son chic victorien d’autrefois. À ne pas manquer : le thé à l’anglaise sur la terrasse de l’hôtel au coucher du soleil. sofitel.accorhotels.com  

Vue sur le Nil depuis l'hôtel Sofitel Legend Old Cataract.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
Vue sur le Nil depuis l'hôtel Sofitel Legend Old Cataract.

  

  

L'hôtel Sofitel Legend Old Cataract.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
L'hôtel Sofitel Legend Old Cataract.

  

 ESCALE AU CAIRE   

 Aller en Égypte sans visiter les pyramides et le Sphinx de Gizeh ? Il est possible de combiner croisière sur le Nil et journée(s) au Caire, question d’admirer les mystérieuses pyramides de Khéops, de Khephren et de Mykérinos, toujours debout 4500 ans après leur construction. À voir aussi : le Musée égyptien du Caire, pour comprendre davantage la civilisation égyptienne.    

  

Les pyramides de Khéops et de Képhren, au Caire.
SARAH BERGERON-OUELLET / AGENCE QMI
Les pyramides de Khéops et de Képhren, au Caire.

  

 ► Ce voyage a été rendu possible grâce à Voyageurs du monde: voyageursdumonde.ca.