/investigations
Navigation

Montréal a bien reporté des projets

La Ville parle d’un «exercice rigoureux d’alignement stratégique» afin d’arriver à un équilibre budgétaire

<b>Benoît Dorais</b><br />
Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal
Photo Martin Alarie Benoît Dorais
Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Le cabinet de la mairesse a reconnu que la Ville de Montréal a dû réviser ses plans d’investissement cette année, tel que le rapportait hier notre Bureau d’enquête.  

« Pour stabiliser le Programme triennal des immobilisations, un exercice rigoureux d’alignement stratégique a été mené par les services au cours du printemps », a indiqué la Ville dans un communiqué, hier matin.   

Selon ce que rapportait notre Bureau d’enquête, Montréal a constaté au printemps qu’elle était en voie de réaliser trop de projets et d’ainsi dépasser son budget en immobilisations pour l’année 2019. L’administration de Valérie Plante a donc dû corriger le tir pour en arriver à un budget équilibré.  

Sans redressement, la Ville aurait pu se trouver en difficulté financière.  

La mairesse a indiqué hier en mêlée de presse qu’elle considère qu’il s’agissait de « la chose à faire » et d’un « exercice qui est sain et rigoureux ».   

Elle a affirmé que le budget des immobilisations de 2019 se conclura à 1,8 milliard $, sur une projection de 2 milliards $.  

Fonctionnaires bousculés  

Pour arriver à ce résultat, les enveloppes de certains projets ont été révisées et d’autres projets ont été reportés. « Chaque projet a été revu au mérite », a souligné la Ville dans un communiqué.  

Nous avons consulté des courriels qui démontrent que les dépenses dans certaines unités ont été arrêtées le temps de procéder à l’exercice de révision.   

Certains fonctionnaires y évoquent des « restrictions budgétaires ».  

« Je sais que ça peut bousculer certaines équipes et certains fonctionnaires », a convenu hier la mairesse.   

QUI DIT VRAI ?

Tôt hier matin, le président du Comité exécutif de la Ville, Benoît Dorais, s’est défendu lors d’une entrevue radio avec l’animateur Paul Arcand et a affirmé que notre reportage contenait des inexactitudes. Il dit ce qui suit :  

« On n’a pas trop dépensé. On n’a pas dépensé plus de 400 millions $ »  

Jamais notre Bureau d’enquête n’a écrit que le budget de Montréal serait dépassé de 400 M$, comme l’a laissé entendre M. Dorais. Nous avons affirmé que la Ville avait dû annuler ou remettre à plus tard des investissements prévus de l’ordre de 400 M$, ce qui a effectivement été le cas. Voici un extrait de ce que nous avons publié hier: 

<b>Benoît Dorais</b><br />
Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal
Photo courtoisie

 « Les gens de Toronto, ils viennent nous voir. Alors on ne se déplace pas. »  

Tant M. Dorais que la mairesse Plante ont affirmé hier que des représentants de la Ville ne s’étaient pas déplacés à Toronto pour aller rassurer des représentants des institutions financières et des agences de notation de crédit. Ils ont raison. Cette information rapportée dans nos pages était erronée. Des rencontres avec les agences de crédit ont lieu chaque année, à Montréal.  

« On n’est absolument pas dans les coupures »  

<b>Benoît Dorais</b><br />
Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal
Capture d'écran

Des courriels que nous avons obtenus montrent que la Ville a effectivement demandé à ses fonctionnaires de fermer le robinet des investissements en juillet. Un chef de section à la Ville explique qu’aucun nouveau bon de commande ne sera accordé. Un autre patron justifie l’abandon de constructions de conduites en parlant de « restrictions budgétaires ».  

« Pourquoi est-ce que Le Journal de Montréal ne nous a pas appelés ? »

<b>Benoît Dorais</b><br />
Président du Comité exécutif de la Ville de Montréal
Capture d'écran

Nous avons appelé jeudi une porte-parole de la Ville, Gabrielle Fontaine-Giroux, pour lui demander quel serait le taux de réalisation du programme d’immobilisations en 2019, afin de savoir si le redressement avait eu un impact sur le budget. Elle n’a pas répondu et nous a envoyé un courriel indiquant que le budget serait présenté lundi.