/weekend
Navigation

Voyage au bout du monde

La panthère des neiges, Sylvain Tesson, Aux Éditions Gallimard, 176 pages
Photo courtoisie La panthère des neiges, Sylvain Tesson, Aux Éditions Gallimard, 176 pages

Coup d'oeil sur cet article

Avec ce récit de voyage qui a récemment remporté le prix Renaudot, l’écrivain et globe-trotteur français Sylvain Tesson nous permet d’approcher l’un des plus mystérieux habitants du Tibet.

Tout a commencé en 2018, lorsque le photographe animalier Vincent Munier a demandé à l’écrivain français Sylvain Tesson de l’accompagner sur les hauts plateaux tibétains. La raison ? Tenter d’apercevoir l’une des très rares panthères des neiges qui y vivent encore, ces gros félins, trop souvent braconnés pour leur fourrure, figurant désormais sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Ne pouvant refuser pareille invitation, Sylvain Tesson fera donc partie de la petite troupe qui atterrira, avec Vincent Munier, à l’extrême orient du Tibet, dans une ville-district de la province du Qinghai. Ensuite, place à l’aventure et à la chance. Car peu importe le nombre d’heures passées à attendre sans faire le moindre bruit ou le moindre geste brusque, Munier sait mieux que personne qu’on ne peut pas forcer la patte d’un animal sauvage. Et que s’il n’a pas envie de se montrer, il ne se montrera pas.

Un animal presque mythique

Sylvain Tesson raconte avec poésie et précision ce voyage qui l’amènera aux confins du Tibet, à plus de cinq mille mètres d’altitude. Les troupeaux de yacks sauvages, le chant des loups, le froid particulièrement mordant, les cabanes de berger où même à l’intérieur le mercure ne monte pas à plus de – 10 °C, les vautours qui planent dans le ciel, la beauté des paysages, l’attente, les rafales de vent, les crêtes enneigées et enfin, la première apparition.

Avec ses très courts chapitres, un roman qui ne se lit peut-être qu’en quelques heures, mais qu’on gardera très longtemps en nous.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Les trois femmes du consul

Jean-Christophe Rufin, aux Éditions Flammarion, 272 pages
Photo courtoisie
Jean-Christophe Rufin, aux Éditions Flammarion, 272 pages

 

Le vieux Béliot n’a jamais été un type très commode et rares sont les personnes qui l’apprécient. Mais de là à vouloir l’assassiner, il y a quand même des limites ! C’est pourtant ce qui va se passer, et ceux qui ont aimé Le suspendu de Conakry seront heureux de retrouver le consul Aurel Timescu, qui œuvre maintenant à Maputo, au Mozambique. Toujours aussi fantasque, il se fera ainsi un devoir de découvrir ce qui s’est réellement passé.

Le pouvoir

Naomi Alderman, aux Éditions Le livre de poche, 512 pages
Photo courtoisie
Naomi Alderman, aux Éditions Le livre de poche, 512 pages

 

En 2017, ça a été le roman préféré de Barack Obama. Et depuis qu’il est publié en format de poche, on sera beaucoup plus nombreux à apprendre qu’un agent neurotoxique utilisé durant la Seconde Guerre mondiale permet désormais aux femmes d’envoyer des décharges électriques. Un pouvoir électrisant qui ne tardera pas à changer le monde du tout au tout et qui, oui, mettra bien des hommes en état de choc...

Le Larousse des confitures

Christine Ferber, aux Éditions Larousse, 
400 pages
Photo courtoisie
Christine Ferber, aux Éditions Larousse, 400 pages

 

Avant qu’il ne soit trop tard pour mettre en pots oignons, tomates, canneberges, pommes, citrouille, betteraves ou courges, ce livre nous explique le b.a.-ba des confitures et des chutneys. Et pour les retardataires, il explique aussi comment transformer citrons, mangues, noix de coco ou oranges en délicieuses marmelades. Un must pour tous ceux et celles qui souhaitent se gâter sans avoir recours aux produits du commerce.

Lagerfeld de A à Z

Sonia Rachline, aux Éditions Gallimard, 
222 pages
Photo courtoisie
Sonia Rachline, aux Éditions Gallimard, 222 pages

 

Pendant près de 50 ans, Karl Lagerfeld a été l’une des figures les plus marquantes de la mode. Figure qu’il cachait du reste très souvent derrière de grosses lunettes noires ! Mais grâce à cet abécédaire, ce célèbre grand couturier n’aura bientôt plus de secrets pour nous. Argent, Jacques de Bascher (le seul amour qu’on lui connaisse), catogan, demeures, égéries, fisc, garde rapprochée... De A jusqu’à Z, toutes les grandes lignes de sa vie y sont révélées.

Frissons garantis

Vík, Ragnar Jónasson, Aux Éditions de La Martinière, 304 pages
Photo courtoisie
Vík, Ragnar Jónasson, Aux Éditions de La Martinière, 304 pages

 

Vík

Depuis le début – et pour une raison qui nous échappe totalement ! –, toutes les enquêtes de la série Dark Iceland ont été publiées dans le désordre. Après avoir eu droit au 6e opus en 2017 (Mörk) et au 4e en 2018 (Sótt), on peut maintenant lire le 5e ! Qu’on a du reste beaucoup, beaucoup aimé, et qui nous permet cette fois de découvrir Kálfshamarsvík, qui se trouve tout au nord de l’Islande.

C’est là qu’Ásta Káradóttir a grandi, son père y ayant jadis été gardien de phare. Près d’une vingtaine d’années plus tard, c’est aussi là qu’Ásta passera ses dernières vacances de Noël...

Tomber de haut...

Quelques jours avant le réveillon, son cadavre sera en effet retrouvé au pied de l’une des magnifiques falaises à pic si caractéristiques de la région. Suicide ? Peut-être. Mais comme l’autopsie révélera plusieurs marques sur son corps – dont des hématomes au cou –, l’hypothèse du meurtre serait nettement plus plausible. Et dans ce coin de pays, qui dit meurtre dit inspecteur Ari Thór. Lequel devra enquêter et se débrouiller pour faire remonter à la surface de très lourds secrets de famille. Car bien des années plus tôt, la mère et la sœur d’Ásta auraient perdu la vie au même endroit.

À notre avis, l’un des meilleurs opus de la série.