/sports/fighting
Navigation

«Le corps a lâché»

Sébastien Bouchard défait en raison d’une rupture du tendon du biceps distal

Sébastien Bouchard s’est exposé à quelques salves de son rival montréalais Ayaz Hussain, mais c’est finalement son biceps gauche, plutôt que sa mâchoire, qui a lâché.
Photo DIDIER DEBUSSCHERE Sébastien Bouchard s’est exposé à quelques salves de son rival montréalais Ayaz Hussain, mais c’est finalement son biceps gauche, plutôt que sa mâchoire, qui a lâché.

Coup d'oeil sur cet article

L’opportunité fort attendue pour Sébastien Bouchard de mettre la main sur les titres canadien et américains de la NABA s’est envolée en fumée soudainement au quatrième round quand une blessure à son biceps gauche a fauché ses espoirs.

Bouchard (18-2, 8 K.-O.) s’est donc incliné face à Ayaz Hussain (14-1, 11 K.-O.) par K.-O. technique, après 51 secondes d’action au quatrième round, à la grande déception des amateurs qui le soutenaient bruyamment.  

Au moment de rencontrer les médias, Bouchard s’est dit convaincu qu’il venait de subir exactement la même blessure qui l’avait tenu à l’écart pendant de longs moments en 2017, soit une rupture du tendon du biceps distal, cette fois du côté gauche.

« J’ai eu la même chose à l’autre bras en 2017 et ça arrive encore ce soir. Il n’y a aucune explication. Ça fait mal au cœur.

« Ça fait six mois que je m’entraîne pour ça. On a tout fait ce qu’il fallait. J’étais stressé avant le combat et on m’a dit : arrête, tout a été fait parfaitement. Mais le corps a lâché », a laissé tomber le boxeur originaire de Baie-Saint-Paul et résident de Québec.

Blessures à répétition

Pour Bouchard, la guigne semble s’acharner. En 2017, sa blessure au biceps avait nécessité une opération et six mois de réhabilitation. Puis, dans la dernière année, c’est une blessure à l’épaule gauche qui l’a mis sur le carreau. 

Celui qui n’avait pas boxé depuis tout près d’un an assure toutefois qu’il n’a aucune intention d’accrocher les gants.

« Non, non, non, jamais ! C’est sûr que non. Je vais faire comme j’ai toujours fait depuis le début de ma carrière, je vais revenir », a-t-il promis.

Les trois premiers rounds semblaient plutôt partagés, mais Bouchard a mentionné que le but était d’amener son rival à s’essouffler dans les rounds plus tardifs. 

« On avait un plan de match. On savait qu’il serait gazé après quatre ou cinq rounds, donc tout ce que je faisais c’est de mettre de la pression. Ça allait bien et il ne me faisait pas mal. On voulait l’amener aux rounds 6, 7 ou 8, où il aurait été moins bon. On s’en allait exactement où on voulait aller », a-t-il dit.

Une analyse que son tombeur a rejetée.

« Plus ça allait, plus je le sentais faible. Ces deux ceintures vont m’aider dans ma carrière », a commenté Hussain, qui en était à son premier combat en deux ans et demi.

Abandon pour Leblond

Un autre favori de la foule, Dave Leblond (4-7, 1 K.-O.), de Thetford Mines, a quant à lui été contraint à l’abandon à 2 min 17 s du quatrième round face à Chann Thonson (6-0, 4 K.-O.), de Brossard. 

Leblond a d’abord encaissé une bonne droite qui l’a envoyé au tapis. Il a repris ses esprits avant la fin du compte, mais a continué de peiner par la suite jusqu’à ce que Duguay mette fin au combat.

«Il m’a donné un coup que je n’ai pas vu venir. J’ai fait l’erreur de le jabber trop haut. C’était mieux d’arrêter que de continuer de manger des coups pour rien. Je ne baisse pas les bras, je vais revenir », a commenté Leblond.