/sports/fighting
Navigation

Encore du travail à faire

Des spectateurs désertaient le Centre Vidéotron pendant le combat de Marie-Ève Dicaire

Le combat opposant Marie-Ève Dicaire à Ogleidis Suarez n’a pas soulevé les passions auprès des amateurs de boxe de Québec, samedi soir.
Photo Didier Debusschere Le combat opposant Marie-Ève Dicaire à Ogleidis Suarez n’a pas soulevé les passions auprès des amateurs de boxe de Québec, samedi soir.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Un phénomène rare s’est produit pendant le combat de championnat du monde IBF des super mi-moyens entre Marie-Ève Dicaire et Ogleidis Suarez. On a vu plusieurs spectateurs quitter le Centre Vidéotron avant la fin du gala.   

• À lire aussi: Dicaire gagne un combat sans saveur  

Entre chaque round, on voyait quelques dizaines de spectateurs se diriger vers la porte de sortie. Une scène triste à voir pour les deux boxeuses qui sont sur le ring et pour le promoteur qui est responsable de l’événement.     

Est-ce que c’est la qualité du spectacle offert ou le manque d’intérêt envers la boxe féminine qui est responsable de cette situation? Ou bien l’heure tardive du dernier combat de la soirée?    

«La bonne nouvelle là-dedans, c’est que Marie n’a pas quitté le ring!», s’est exclamé l’entraîneur de Dicaire, Stéphane Harnois.     

Pour ce qui est de la championne, elle ne s’est pas rendu compte que des amateurs quittaient l’amphithéâtre.     

«Je n’ai rien vu de cela. Lorsque j’ai levé les bras et que j’ai vu la foule crier, j’étais bien contente. Si Suarez avait davantage collaboré, on aurait eu plus de plaisir.»    

Le promoteur Yvon Michel a été plus loin dans ses explications à ce sujet.     

«Je ne crois pas que c’est Marie-Ève ou la boxe féminine. Je crois que c’est la boxe. Point à la ligne, a-t-il ajouté. Si on enlève les deux ou trois meilleurs boxeurs au Québec, combien peuvent attirer plus de 2000 personnes? Il n’y en a pas beaucoup.»        

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Yvon Michel à QUB radio:   

C’est déjà un exploit qui a été réalisé ce soir (samedi).     

Le combat de Marie-Ève était après celui de Zewski, qui était plus ouvert. Ce n’est pas le même type de boxeur chez les femmes. C’est plus technique et stratégique.     

Garder le même plan  

Malgré la victoire, Dicaire et Harnois ne sautaient pas de joie. Et on peut les comprendre.     

Ils avaient établi un plan de match chirurgical durant le camp d’entraînement. Par contre, l’entraîneur a refusé de le modifier comme il l’avait fait lors des trois derniers combats.     

«La stratégie était de frapper 1-2 pas fort. De reculer en ligne droite et d’enchaîner avec une rafale de coups, a expliqué Harnois. Par contre, Suarez lançait de longs crochets lorsque Marie-Ève rentrait à l’intérieur. C’était plus difficile pour ma boxeuse de travailler à courte distance.     

«Parfois, avec les émotions qui sont élevées comme ce soir, ça peut donner un tel résultat. La prochaine fois, ce sera mieux.»    

De retour en mars?  

Yvon Michel a annoncé que Dicaire devrait revenir sur le ring en mars.     

«Dans son prochain combat, il y a vraiment quelque chose de gros qui l’attend», a-t-il mentionné sans nommer d’adversaire potentiel.     

En plus d’un combat d’unification avec la nouvelle championne intérimaire WBA, Dicaire pourrait prendre part à un événement à New York qui se déroulerait lors de la Journée internationale des femmes. 

Écoutez l'entrevue de lundi accordé par Marie-Ève Dicaire à Mario Dumont sur les ondes de QUB ci-dessous.