/opinion/columnists
Navigation

Le PLQ: pas sorti du bois

Coup d'oeil sur cet article

Les deux candidats du Parti libéral du Québec, l’ex-ministre Dominique Anglade et le maire actuel de Drummondville, Alexandre Cusson, sont tombés dans les bras l’un de l’autre lors du Conseil général du PLQ en fin de semaine à Sherbrooke.

D’ici à la fin mai 2020, alors que l’un des deux candidats sera élu chef du parti, cette scène ne risque pas de se reproduire très souvent.

Alexandre Cusson a annoncé sa candidature samedi, mais il s’est bien gardé d’ouvrir son jeu. « Je suis reconnu pour écouter les gens. Alors, j’écoute », a-t-il dit. 

On apprend ainsi qu’il manie facilement la langue de bois. Qu’on en juge. Les Québécois de souche signifient pour lui « des gens qui sont nés ici et de partout dans le monde (sic) ». Il est « en faveur d’une société laïque, mais les droits des minorités, c’est aussi une priorité ». Quant à la loi 21, sa position « sera élaborée dans les prochains mois ». Et l’environnement ? « Il faut faire les choses de façon pragmatique [...] et prendre les décisions intelligentes. »

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Clause dérogatoire

Dominique Anglade, elle, est en faveur de la loi 21, mais sans l’utilisation de la clause dérogatoire de François Legault. Elle laisse donc les tribunaux décider de la légalité de la loi. 

Mais en cas d’un jugement négatif de la Cour suprême, cela remettrait en question la légitimité du vote majoritaire de l’Assemblée nationale du Québec, ne l’oublions pas.

Le PLQ, prisonnier du vote anglophone et allophone, doit doser le degré de nationalisme qu’il peut absorber sans perdre ses appuis inconditionnels montréalais.

Avec une candidate montréalaise issue d’une communauté culturelle et un candidat régional au nationalisme très frileux qui veut « se reconnecter » avec la majorité francophone, le PLQ est pris entre l’arbre et l’écorce. Un nœud gordien, ma foi !