/sports/baseball/capitales
Navigation

Capitales: Glaude revient chez lui

Scalabrini a envoyé TJ White aux Aigles de Trois-Rivières pour l’obtenir

Capitales: Glaude revient chez lui
Photo d'archives Didier Debusschère

Coup d'oeil sur cet article

Le gérant des Capitales de Québec, Patrick Scalabrini, désirait avoir plus de joueurs québécois d’impact dans son alignement et il a pris les grands moyens pour y arriver, mardi. Il a fait l’acquisition du joueur d’avant-champ de 25 ans David Glaude, des Aigles de Trois-Rivières, en retour de TJ White.

Fort de la meilleure saison de sa carrière en 2019, lors de laquelle il a maintenu une moyenne au bâton de 0,290 et produit 49 points, Glaude avait exprimé le désir de revenir dans sa région natale où il a notamment porté les couleurs des Diamants de Québec dans les rangs juniors.

David Glaude au Stade Canac le 4 juillet 2018 dans l’uniforme des Aigles.
Photo d’archives, Simon Clark
David Glaude au Stade Canac le 4 juillet 2018 dans l’uniforme des Aigles.

La situation était donc idéale pour Scalabrini et les Capitales.

« En tant que Québécois, c’est une fierté et un devoir pour moi d’essayer le plus possible d’attirer des joueurs d’ici avec les Capitales. Dans nos bonnes années, celles de notre dynastie, on avait plein de Québécois, et j’ai l’impression qu’on joue avec cette fierté de représenter les Capitales. Dans le cas de David, l’idée d’aller chercher un autre Québécois me plaisait, mais celle d’aller en chercher un d’impact me plaisait encore plus puisque ça fait quelques années qu’on n’en a pas eu », expliquait Scalabrini mardi après-midi lorsque nous l’avons rencontré au Stade Canac.

De son côté, Glaude ne pouvait espérer un meilleur scénario que celui de revenir chez lui, à Québec.

Le gérant Patrick Scalabrini accueillant Glaude, mardi.
Photo Kevin Dubé
Le gérant Patrick Scalabrini accueillant Glaude, mardi.

UN RÊVE

« Quand j’étais jeune, je venais voir les Capitales et pour moi c’est un peu un rêve d’enfance de me joindre à l’organisation. Je veux être un gros morceau ici, je veux produire et être une pièce maîtresse qui va aider l’équipe à gagner », a-t-il mentionné, rencontré lui aussi au Stade Canac mardi.

Scalabrini tempère toutefois : il ne veut pas qu’on le voie comme un sauveur.

« Par contre, je m’attends à ce qu’il fasse partie de nos meilleurs éléments. C’est un gars qui va jouer chaque jour et qui sera un membre très important de notre équipe. Il nous a fait très mal dans le passé alors, enfin, il va arrêter de frapper contre nos lanceurs ! », s’est-il réjoui.

TRISTE POUR WHITE

De l’autre côté, le gérant des Capitales avouait être déçu d’avoir dû se départir de White qui a été nommé joueur le plus utile de l’équipe l’an dernier ainsi que joueur le plus populaire de la formation.

« Je n’aurais jamais cru me séparer de TJ White un jour parce que je le respecte trop. Par contre, c’était une transaction qu’on se devait de faire », estime Scalabrini.