/qubradio
Navigation

Cigarette électronique: il faut arrêter la «désinformation», soutient un cardiologue montréalais

Cigarette électronique: il faut arrêter la «désinformation», soutient un cardiologue montréalais
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les institutions de santé publique au Québec veulent resserrer la réglementation qui encadre le vapotage, un cardiologue montréalais juge qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, et reconnaître l’efficacité de ce type de produits auprès de ceux qui essayent d’arrêter de fumer. 

Le Dr Martin Juneau, cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal, soutient que, contrairement à ce que le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, a mentionné à RDI lundi, il existe bel et bien des études qui prouvent que vapoter serait une façon efficace d’arrêter de fumer. 

Citant deux publications médicales lors d’une entrevue à QUB radio, mardi, le médecin spécialiste a dit avoir lui-même vu les effets positifs du vapotage dans ce type précis de situation.  

  • ÉCOUTEZ l’entrevue du Dr Martin Juneau à QUB radio: 

«Quand les gens ont échoué à plusieurs tentatives, moi, je leur propose depuis sept ou huit ans la cigarette électronique. [...] Et on obtient, nous, dans notre expérience clinique, de très bons résultats», a-t-il soutenu, précisant qu’il s’agirait d’un «gain appréciable» par rapport à la cigarette. 

«Il n’y a pas de doutes que c’est mieux que fumer. Ce n’est pas idéal, on dit toujours: “Le mieux, c’est l’air pur.” Mais, entre fumer du tabac et vapoter, la plupart des experts sérieux considèrent que c’est mieux de vapoter», a ajouté le Dr Juneau à l’émission Retour de Mario Dumont. 

En condamnant unilatéralement la cigarette électronique, l’intervenant croit que les instances de santé publique relaient de «fausses informations» qui, finalement, viendraient nuire au public québécois. 

«Avec toute la désinformation, parce que j’appelle ça comme ça, qu’on a en ce moment, j’ai des patients qui me disent tous les jours qu’ils retournent fumer parce qu’ils sont inquiets de ce qui se passe avec la vapoteuse. C’est bien malheureux», a-t-il affirmé. 

Certes, le cardiologue reconnaît que, lorsque par exemple des produits illégaux achetés sur le web sont utilisés, la cigarette électronique peut être profondément nocive.
En ce sens, le Dr Juneau croit qu’il faut encadrer le produit, mais que l’État doit aussi faire la part des choses et «recentrer son message». 

Il est d’avis qu’il ne faut jamais «vapoter ces produits [illégaux, achetés sur internet]», mais pense que, pour les fumeurs, «c’est quand même mieux de vapoter que de fumer». 

«Il faut beaucoup resserrer l’encadrement, je suis tout à fait d’accord avec le Dr Arruda là-dessus. Il faut faire une mise au point, il faut que tous les acteurs se parlent et soient d’accord, mais il ne faut pas exagérer non plus», a ajouté le directeur de la prévention à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions