/lifestyle/columnists
Navigation

Comment mettre un terme à une relation insatisfaisante?

Coup d'oeil sur cet article

J’aurais besoin de vos lumières pour m’aider dans un passage difficile de ma vie. Je suis avec mon conjoint depuis dix ans et nous avons une petite fille de trois ans. Jusqu’à sa naissance, sur le plan sexuel, les choses allaient bien. Mais après mon accouchement, j’ai eu du mal à recommencer à faire l’amour avec lui. Ça a coïncidé en plus avec la faillite de sa petite entreprise qui vivotait depuis quelques années. 

Comme il a dû se trouver du travail pour un autre entrepreneur, ça n’a pas été facile. Alors on a commencé à s’éloigner au point de songer à la séparation. Mais notre petite fille nous a maintenus ensemble. On est allé en thérapie pour tenter de recoller les morceaux et j’ai cru qu’on allait repartir à neuf. Mais ça n’est pas arrivé.

Comme il a la nostalgie de son entreprise d’avant et qu’il est toujours plongé dans les suites de la faillite, son moral est au plus bas et ça rejaillit sur notre relation. Il y a un an, écœurée d’être avec un homme qui ne me touchait plus, je me suis mise sur les réseaux sociaux. J’ai rencontré une couple de gars intéressants, dont un en particulier avec qui j’ai entrepris une relation secrète. Mais j’ai mis fin à cela le mois passé parce que je me suis mise à penser à ma fille et au fait que je ne voulais pas lui faire subir le sort que mes parents nous avaient imposé à mes sœurs et moi en se séparant. 

Je sens que c’est fini entre mon conjoint et moi, mais je sais aussi que je suis incapable de mettre un terme à notre relation de peur de lui faire trop mal. Pourquoi suis-je aussi indécise alors que je sais que je n’ai pas d’autre choix que de partir pour me donner une chance d’être heureuse ?

Amoureuse déçue

La peur de l’inconnu est peut-être ce qui vous motive à rester. Pour plusieurs, mieux vaut un connu malheureux qu’un inconnu déstabilisant. Toutes les raisons sont bonnes pour ne pas bouger d’un confort, même s’il est source de souffrance. Vous citez à cet égard votre fille, votre conjoint lui-même, mais qu’en est-il de vous ? À quoi ça vous sert de rester avec lui ? Est-ce que la peur d’aimer à nouveau vous retient, vu la fin malheureuse de votre union ? Peut-être même trouvez-vous dans cette union bancale un responsable à votre mal-être ? Je pense que vous atteler à répondre à ces quelques questions devrait vous mettre sur une bonne piste.