/news/provincial
Navigation

Une deuxième enquête vise le maire de L’Ancienne-Lorette

La CMQ se penche sur 240 factures de restaurants

Émile Loranger
Photo d'archives, Simon Clark Émile Loranger

Coup d'oeil sur cet article

La Commission municipale du Québec a ouvert une enquête au sujet du remboursement de 240 factures de restaurants au maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, au cours des six dernières années.

« On a ouvert une enquête de notre propre initiative. On veut regarder comment ces dépenses ont été réalisées et si ça s’est fait dans les règles de l’art », a fait savoir Isabelle Rivoal, porte-parole de la Commission municipale du Québec (CMQ).

Lors de la séance du conseil, le conseiller Charles Guérard a proposé de suspendre la carte de crédit du maire le temps de l’enquête. La proposition n’a pas été adoptée.

Décision à prendre

« Il ne peut pas s’en servir », a expliqué la mairesse suppléante Sylvie Falardeau. Des citoyens commencent aussi à être exaspérés de voir le maire Loranger faire la manchette.

« Depuis deux ans, je suis loin d’être fier. Merci, bonsoir, il est parti. C’est le temps qu’il y pense. Qu’il prenne sa décision », a ajouté Richard Thibodeau. « On ne le soutient pas. On garde le fort », a répliqué Mme Falardeau.

Mardi, Le Journal révélait que les contribuables lorettains ont assumé, entre 2013 et 2019, des factures de restaurants totalisant 14 000 $ pour le maire Loranger. Ce dernier s’est défendu en jurant que toutes les factures ont été soumises dans le cadre de son travail de maire.

Régis Labeaume s’est dit « un petit peu » surpris de constater que ses dépenses de restaurant étaient moins élevées que celles du maire Loranger. Il n’a pas voulu commenter l’ouverture d’une enquête de la Commission municipale.

« Inacceptable »

Avant la séance, le conseiller Charles Guérard a affirmé qu’il est « inacceptable que ce soient encore les Lorettains qui paient pour les abus de M. Loranger ».

Pour sa part, Sylvie Falardeau a admis être « surprise » de découvrir le montant total des factures.

Il s’agit d’une deuxième enquête ouverte par la CMQ sur M. Loranger. La Commission enquête déjà sur les circonstances des négociations de l’automne 2018 au cours desquelles M. Loranger aurait tenté de négocier sa démission, tout en demeurant consultant pour la municipalité.

Émile Loranger est actuellement sous le coup d’une suspension de 60 jours infligée par la CMQ.

- Avec la collaboration de Stéphanie Martin