/opinion/columnists
Navigation

L’arrêt du siècle

L’arrêt du siècle
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Des arrêts « impossibles », on en voit un ou deux par semaine dans la LNH, mais depuis mardi dernier, il y a l’ARRÊT, celui de Marc-André Fleury aux dépens de Nic Petan, des Maple Leafs de Toronto. Certains parlaient de l’arrêt de l’année. Non ! C’est l’arrêt du siècle et peut-être même celui des 20e et 21e siècles combinés. Époustouflant !

Vous l’avez certainement vu aux bulletins de nouvelles. Le tir initial d’Ilya Miheyv a touché la barre horizontale et la rondelle s’est retrouvée de l’autre côté, en plein sur la lame du bâton de Petan, à la gauche de Fleury. Petan a décoché un excellent tir du revers, précis, dans le haut du filet, mais Fleury s’est relevé, a bondi et capté le disque en plein vol.

De quoi faire rougir d’envie le magicien David Copperfield, qui se produit toujours au MGM Grand, juste en face du T-Mobile Arena, domicile des Golden Knights de Vegas.

Exploit athlétique

Qu’est-ce qui fait de cet exploit l’arrêt du siècle ?

Ce n’est certes pas l’arrêt le plus important puisqu’il a eu lieu un 19 novembre. Fleury lui-même a effectué des dizaines d’autres prodiges lors de matchs beaucoup plus importants. Eh ! Il a gagné trois coupes Stanley et participé à deux autres finales.

D’un pur point de vue athlétique, il y avait de tout. La majorité des arrêts prodigieux sont des extensions désespérées, des contorsions, des réactions à des déviations ou de purs réflexes.

Tous les gardiens dans la LNH réalisent des petits miracles ici et là et c’est difficile de les départager à savoir lequel est le meilleur arrêt de la semaine, de l’année, ou des 10 dernières années. Mais cet arrêt de Fleury est hors catégorie. Nous sommes à un autre niveau et voici pourquoi.

D’abord, quand la rondelle rebondit sur une tige, il y a toujours un temps mort, une espèce de « ouf ! » dans la tête du gardien. Puis, il se ressaisit et doit repérer la rondelle. Souvent, elle est tout près du demi-cercle bleu, mais là, elle était rendue au bas du cercle droit de mise en jeu avec Petan déjà prêt à dégainer.

Tout jouait contre Fleury

Les probabilistes de Las Vegas n’ont pas eu le temps de faire le calcul, mais les chances de Fleury de réaliser cet arrêt devaient être au mieux de 75 000 contre une. C’est environ le nombre de tirs que l’on voit dans une saison de la LNH et on ne voit pas ce genre d’arrêt tous les ans, loin de là.

Fleury était à 12 pieds de son poteau éloigné au moment de l’élan. Il avait moins d’une seconde pour se relever, traverser son territoire bleu et réagir, car on parle d’une réaction, non d’une anticipation. Sur les jeux à l’embouchure du filet, le gardien peut souvent « lire » le tir. De loin, il doit suivre le disque et réagir.

De plus, les gros arrêts sur les longs jeux latéraux sont habituellement réussis dans la partie inférieure du filet. Cette fois, la rondelle était dirigée tout juste sous la barre horizontale. Tout jouait contre Fleury, le repérage, le temps, la distance, la trajectoire et la qualité du tir.

Comment a-t-il pu se relever, repérer la rondelle, effectuer une poussée, bondir dans les airs, suivre la rondelle avec précision, contrôler son bras et capter le disque à près de quatre pieds de hauteur ? Tout ça en moins d’une seconde.

C’est prodigieux. On voit ça une fois dans une vie. On n’a même pas vu ça dans Lance et compte, Les Boys ou Slap Shot. La réalité a dépassé la fiction.

Bravo et merci pour ce tour de magie, « Flower » ! On ne l’oubliera jamais.

 

RANG PRÉNOM NOM ÉQUIPE POINTS
1 Robin Lehner CHI 10347
2 Darcy Kuemper ARI 10287
3 Connor Hellebuyck WPG 10274
4 Jordan Binnington STL 10231
5 Thomas Greiss NYI 10229
6 Anders Nilsson OTT 10218
7 Tuukka Rask BOS 10216
8 Antti Raanta ARI 10185
9 Marc-Andre Fleury VEG 10175
10 Ben Bishop DAL 10174
11 Anton Khudobin DAL 10152
12 Jaroslav Halak BOS 10135
13 Frederik Andersen TOR 10124
14 Mikko Koskinen EDM 10109
15 David Rittich CGY 10100
16 Linus Ullmark BUF 10074
17 Jacob Markstrom VAN 10065
18 Corey Crawford CHI 10056
19 John Gibson ANA 10043
20 Henrik Lundqvist NYR 10035
21 Carey Price MTL 10030
22 Braden Holtby WSH 10026
23 Philipp Grubauer COL 10025
24 Brian Elliott PHI 10006
25 Thatcher Demko VAN 10004
26 Semyon Varlamov NYI 10003
27 Mike Smith EDM 10002
28 Andrei Vasilevskiy TBL 9989
29 Matt Murray PIT 9986
30 Carter Hutton BUF 9978
 
Note sur le classement
 
Le classement informatisé des gardiens de but présenté par Le Journal utilise la même formule que celle préconisée par le magazine Goalies’World entre 1996 et 2011. Le nombre de matchs joués, le nombre de tirs, la moyenne d’efficacité, la moyenne de buts alloués, les victoires et les jeux blancs font partie de l’équation, chaque statistique ayant un poids différent. Ce classement peut être comparé à ­celui des marqueurs. Plus la saison avance, plus le classement se stabilise.