/opinion/blogs/columnists
Navigation

Que l’Ontario se mêle de ses affaires!

Plutôt que de voter des motions contre la loi 21, l’Ontario devrait s’occuper de la francophobie qui règne sur son territoire...

Que l’Ontario se mêle de ses affaires!
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Plutôt que de voter des motions contre la loi 21, l’Ontario devrait s’occuper de la francophobie qui règne sur son territoire... 

 

Que l’Ontario se mêle de ses affaires!
Le Journal de Québec

Le Québec n’a jamais adhéré au multiculturalisme 

Les politiciens du Québec devraient répondre avec vigueur à la motion adoptée hier par le parlement ontarien à propos de la loi 21. Pour la deuxième fois en quelques mois, les députés ontariens ont voté à l’unanimité une motion visant à dénoncer la loi 21, la loi québécoise sur la laïcité.  

Mais cette fois, l’Ontario va un cran plus loin, en insistant pour obtenir le statut d’intervenant dans le cadre de toute contestation judiciaire de la loi. Pour la cheffe du NPD Andrea Horwath, la loi 21 serait une forme de « racisme » qu’il faut à tout prix dénoncer :  

« C'est une mauvaise loi. Elle est discriminatoire et mine la liberté religieuse et la liberté culturelle au Canada. L'Ontario doit se tenir debout et nous devons dénoncer, en tant que Canadiens, t outes formes de racisme, de préjudice et d'intolérance . Le silence n'est pas une option. » 

  • ÉCOUTEZ la chronique de Steve E. Fortin à QUB Radio:

En passant, la loi 21 « ne mine pas » la liberté religieuse et la liberté culturelle. Personne au Québec n’est empêché de porter un signe religieux. Toutefois, dans l’exercice de certains emplois, le Québec a choisi d’adopter le principe de la neutralité religieuse. Et uniquement lorsque la personne occupe ledit emploi. Sinon, la liberté de porter un signe religieux demeure entière.  

Le Canada se définit par la manifestation la plus engagée du multiculturalisme, lequel place les libertés individuelles au-dessus de tous les autres principes. Le Québec a tout à fait le droit de ne pas adhérer à cette vision radicale du multiculturalisme; une vision à laquelle il n’a jamais adhéré. 

Jamais. 

 

Pas de leçon à recevoir de l’Ontario 

Plutôt que de faire la leçon au Québec, peut-être que l’Ontario devrait s’occuper – enfin – d’une forme d’intolérance qui subsiste sur son territoire depuis plus d’une centaine d’années... et qui est encore bien vivante aujourd’hui : la francophobie.  

Les manifestations de francophobie sont nombreuses et durent depuis longtemps en Ontario. Pas plus tard que le 12 novembre dernier, le déjeuner du maire d’Ottawa a été assombri par la distribution de tracts francophobes par un groupe de pression qui s’attaque aux francophones de l’Ontario depuis longtemps.  

Le même groupe qui s’était félicité des coupes faites par le nouveau gouvernement de Doug Ford dans les services francophones en 2018. La réalité c’est que ce sentiment anti-francophone est bel et bien présent, et vivant, en Ontario. Et depuis longtemps. 

En février 2016, l’ex PM de l’Ontario Kathleen Wynne avait présenté des excuses officielles aux francophones au sujet du Règlement 17 de sa province qui, de 1912 à 1927 avait banni l’enseignement du français dans les écoles ontariennes. Une pièce législative qui visait l’assimilation de la population francophone.  

La population francophone de l’Ontario avait dû se défendre et résister, se cacher même pour enseigner le français. Sur le site de la Chaire pour le développement de la recherche sur la culture d'expression française en Amérique du Nord (CEFAN) de l’Université Laval, on analyse le Règlement 1 7 de l’Ontario de la façon suivante :  

« Le Règlement 17 fut modifié dès en 1913 et c'est cette version qui fut finalement appliquée à l'échelle de la province, bien que fort inégalement. Cependant, le Règlement 17 fut abandonné dès 1927 à la suite des recommandations du Rapport Merchant-Scott-Côté, lequel révélait que la réussite dans l'apprentissage de l'anglais devait commencer par l'enseignement de la langue maternelle. Le célèbre Règlement 17 ne fut jamais abrogé : il tomba simplement en désuétude en 1944, faute d'avoir été reconduit. 

Devant la résistance des Franco-Ontariens, le Département de l'éducation de l'Ontario décida de répliquer au moyen du Règlement 18 qui menaçait de représailles les conseils scolaires, les instituteurs et même les élèves récalcitrants. » 

Aussi, le CEFAN note que l’assimilation des francophones hors Québec « progresse à un rythme affolant (ce qui n’est pas anodin ici) :  

« L’assimilation des francophones progresse à un rythme affolant au Canada . Ceux-ci représentaient 30 % de la population canadienne en 1951; en 2018, ils ne représentaient plus que 20 %. Les taux d’assimilation sont de 44,7 % en Ontario, de 57 % au Manitoba, de 75,4 % en Saskatchewan, de 70,7 % en Alberta, de 74,1 % en Colombie-Britannique, de 11,9 % au Nouveau-Brunswick, de 53,8 % à l’Île-du-Prince-Édouard, de 50,3 % en Nouvelle-Écosse et de 68,4 % à Terre-Neuve. Ainsi, le fait que le Nouveau-Brunswick soit devenu officiellement bilingue en 1969 n’a pas changé la situation, pas plus que l’adoption de la Loi sur les langues officielles la même année. » 

Sur fond d’assimilation galopante des francophones du Canada, la capitale « nationale », Ottawa, a longuement débattu de la pertinence d’adopter un statut la rendant officiellement « bilingue ». Encore une fois, la francophobie s’est manifestée. Plusieurs groupes se sont opposés à toute dénomination « bilingue » pour la ville d’Ottawa.  

En fin de compte, discrètement, la ville d’Ottawa est en effet devenue officiellement « bilingue », mais on ne l’a pas crié sur les toits! Ceci dans le journal The Hill Times :  

« Sans fanfares ni trompettes, et presque aucune publicité pendant la période des Fêtes de fin d’année, la Ville d’Ottawa est officiellement devenue bilingue, en grande partie grâce à la détermination de Nathalie Des Rosiers, députée provinciale d’Ottawa-Vanier, récemment élue à l’Assemblée législative de l'Ontario... » 

Voilà comment est devenue « officiellement bilingue » la capitale du Canada. Sous la couverte, sans faire trop de bruit. Surtout, pour ne pas jeter de l’huile sur le feu des nombreux opposants au bilinguisme. Et au sentiment anti-francophone.  

Car il existe. Et il se manifeste épisodiquement en Ontario.  

Que madame Horvath et le NPD aient le courage de revendiquer pour les francophones de l’Ontario des services qui se comparent à ceux dont jouissent les anglophones du Québec.  

Après on jasera.