/news/education
Navigation

Projet de loi 40: tension entre élus scolaires et directeurs d’école

Bloc école classe
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Des élus scolaires tentent de «museler» des directions d’école en leur demandant de ne pas prendre position sur le projet de loi modifiant la gouvernance scolaire.

C’est du moins ce qu’affirme le président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE), Nicolas Prévost. «Le climat était déjà très tendu, c’est encore pire maintenant», lance-t-il.

Dans «une majorité» de commissions scolaires, des élus font pression sur des directions d’école afin qu’ils ne prennent pas position publiquement pour le projet de loi 40, affirme-t-il.

Ce projet de loi prévoit la disparition des élections scolaires et la transformation des commissions scolaires en centre de services. La nouvelle structure de gouvernance devrait donner davantage de pouvoirs aux directions d’école.

«Que tout le monde défende sa position, on a aucun problème avec ça. Mais on souhaite que les gens respectent aussi notre position», affirme M. Prévost, qui ajoute que ses membres se sentent «assez muselés», à un point tel qu’ils souhaitent dénoncer publiquement ces pressions.

De son côté, la Fédération des commissions scolaires affirme ne pas avoir été informée de «pareilles histoires». Son président, Alain Fortier, encourage les directions d’école à dénoncer auprès de la direction générale de leur commission scolaire toute «pression jugée indue à leur yeux» provenant d’un élu scolaire.