/sports/opinion/columnists
Navigation

Le fusil pour l’orignal dans des réserves

Coup d'oeil sur cet article

La Société des établissements de plein air (Sépaq) permettra l’année prochaine l’utilisation d’un fusil pour la chasse à l’orignal dans les réserves de Rimouski et des Chic-Chocs.

Dans ces réserves, où il y a une saison de chasse à l’orignal à la poudre noire, il sera maintenant possible de chasser le roi des forêts avec une arme à portée courte, le fusil de calibre .10 ou .12.

Cette nouvelle autorisation vient élargir l’éventail des possibilités pour tous les amateurs qui apprécient grandement ce type de chasse ou encore pour les gens qui veulent s’initier à cette chasse, sans avoir à faire l’achat d’une carabine. Ces fusils de chasse sont d’une efficacité redoutable à courte distance.

Plusieurs amateurs de chasse aiment se lancer dans la traque de l’orignal avec le défi de le déjouer au point de pouvoir le récolter à courte distance, un peu comme les gens qui chassent à l’arc et à l’arbalète.

Pour ce faire, il faut posséder une bonne connaissance de l’animal, de son comportement et de ses réactions selon les circonstances.

Cette nouvelle mesure vient changer toute la qualité du défi de l’aventure de la chasse à l’orignal.

Bien organisé

Pouvoir chasser l’orignal dans une réserve faunique, sur d’immenses territoires exclusifs, représente une expérience unique en tant que telle.

Nous sommes toujours certains de pouvoir bénéficier d’aventures de grande qualité, sécuritaires et avec un bon taux de succès.

L’an dernier, le taux global a frôlé les 60 %, ce qui signifie que plus d’un groupe sur deux de chasseurs a récolté une bête.

En plus de la qualité du territoire, la Sépaq offre aussi des services gratuits importants pour bonifier votre aventure et maximiser vos chances de récolter une bête. On peut penser aux cartes de territoires téléchargeables avec Avenza Map ou aux cartes pour GPS Garmin, au service de chiens de sang pour rechercher le gibier abattu, à l’accès aux chambres froides, à des palans, des treuils et des traîneaux pour faciliter le transport du gibier.

Tirage au sort

La période d’inscription au tirage au sort (www.sepaq.com) va débuter le 1er décembre, pour se terminer le 15 janvier.

Cette année, pour ceux qui n’auront pas gagné au tirage au sort, il y aura du nouveau avec l’allongement de la période pour leur permettre de mettre la main sur les secteurs les plus intéressants, qui n’auront pas été sélectionnés par les gagnants. Au lieu de 24 heures, ils auront une semaine complète.

Il est maintenant plus facile de vous inscrire en ligne aux différents tirages, entre autres avec les nouvelles pages web épurées et plus intuitives. De plus, il est aussi possible de suivre en ligne la disponibilité des différents secteurs à mesure qu’ils sont sélectionnés par les gagnants.

Tout un trophée

 

Photo courtoisie, Lac Portage

Marlène Couture avait de quoi être fière de ce mâle trophée de 17 pointes, pesant 205 lb éviscéré, qu’elle a récolté sur le territoire de la pourvoirie du Lac Portage, dans la Beauce. Propriété de Gestizone, la pourvoirie applique l’interdiction de chasser les jeunes mâles depuis neuf ans. Mme Couture est accompagnée du copropriétaire et guide de la pourvoirie David Lapierre.

Babillard nature

Réserve Duchénier

Le Territoire populaire Duchénier inc., qui gère la seule réserve faunique qui n’est pas membre du réseau de la Sépaq, la Réserve Duchénier, tient présentement son tirage au sort pour les forfaits 2020. Vous pourrez découvrir au www.reserveduchenier.com, sous l’onglet activités, tout ce qui concerne les forfaits de pêche et de chasse offerts et leurs modalités. Cette saison, on a ajouté plus de groupes doubles pour la chasse de l’orignal en plus de procéder à un nouveau mode d’inscription en ligne plus facile et sécurisé. Les inscriptions doivent parvenir avant le 6 janvier. Le tirage aura lieu le 11 janvier. Tous les participants qui s’inscriront par le biais du site web seront admissibles au tirage de 250 $ en chèque-cadeau. Info : 418 735-5222.

Initiation à la pêche blanche

Dans le cadre du programme Pêche en herbe de la Fondation de la faune, près de 2400 jeunes, de 9 à 12 ans, seront initiés à la pêche blanche, dans le cadre d’activités spéciales qui se tiendront un peu partout au Québec. Depuis le début du programme en 1997, qui est réalisé en collaboration avec le partenaire principal Canadian Tire, plus de 316 000 jeunes ont été initiés à la pêche, dont 33 000 à la pêche blanche. La Fondation fournira le matériel nécessaire à 38 organismes, provenant de 16 régions du Québec. De plus, avec l’autorisation du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, chaque jeune pêcheur se verra remettre un certificat Pêche en herbe qui lui tiendra lieu de permis de pêche valide jusqu’à ce qu’il atteigne 18 ans. Vous pouvez connaître la liste des projets acceptés en vous rendant sur le site www.fondationdelafaune.qc.ca/initiatives/programmes_aide/3.