/news/politics
Navigation

Maternelles 4 ans: La CAQ a « encore du travail à faire », avoue le premier ministre

45 % des Québécois insatisfaits du travail de Québec quant aux maternelles 4 ans

Coup d'oeil sur cet article

François Legault veut convaincre les Québécois du bien-fondé des maternelles 4 ans, même si un sondage démontre que cet engagement phare de son gouvernement récolte seulement 29 % d’appuis dans la population. 

• À lire aussi: La lune de miel de François Legault continue, mais...  

• À lire aussi: Catherine Dorion n’est pas un «monstre», dit Manon Massé  

• À lire aussi: Les libéraux préfèrent Coderre à Anglade et Cusson  

« J’avoue qu’on a peut-être encore du travail à faire », a commenté le premier ministre, en réaction à un coup de sonde Léger-Le Journal publié mercredi. M. Legault s’explique mal, toutefois, l’opposition dans la population québécoise. Le déploiement des maternelles 4 ans à travers la province vise à permettre le dépistage précoce des enfants en difficulté d’apprentissage. 

« Je ne comprends vraiment pas comment quelqu’un peut refuser cette possibilité, ce n’est pas obligatoire », souligne le premier ministre caquiste. 

Selon le sondage Léger-Le Journal, 45 % des Québécois sont insatisfaits du travail du gouvernement Legault dans ce dossier (23 % sont indécis). Avec 29 %, l’appui aux maternelles 4 ans est en baisse depuis la fin du mois de septembre dernier, alors qu’elles récoltaient la faveur de 38 % des répondants. 

Recul dans les sondages

Il s’agit d’ailleurs de la réalisation du gouvernement Legault qui recueille le moins de soutien. Même chez les électeurs caquistes, les maternelles 4 ans récoltent seulement l’appui de 41 % des personnes sondées.  

Le coup de sonde de Léger démontre également un recul de 6 % dans les intentions de vote pour la CAQ, ce que le sondeur Jean-Marc Léger associe à un « premier drapeau rouge ».  

      

  • Écoutez l'entretien entre le sondeur Jean-Marc Léger et Sophie Durocher à QUB Radio.   

Le premier ministre Legault ne s’étonne pas de cette baisse, un an après l’élection de son parti à la tête du Québec. « Après 13 ou 14 mois... ma lune de miel n’a pas duré 14 mois avec mon épouse », a-t-il commenté en anglais, sourire en coin. 

« C’est certain que quand on fait des changements, on bouscule, mais pour moi, ce qui est important, c’est de respecter nos promesses », fait valoir M. Legault.

Du côté de l’opposition, le chef libéral par intérim Pierre Arcand voit dans ces résultats un premier recul de la popularité du gouvernement caquiste. « Il y a une chose qui m’apparaît très claire, c’est qu’il commence à y avoir des fissures dans l’armure de la CAQ, donc tant mieux », a-t-il commenté.

Du temps pour Dorion

En baisse dans les sondages, Québec solidaire reconnaît « qu’on a entendu beaucoup parler des vêtements de Catherine Dorion à travers les médias dans les derniers mois ». 

Mais sa chef parlementaire estime que les Québécois finiront par apprécier la colorée députée de Taschereau. « Quand je suis arrivée, j’étais la bibitte que le monde aimait bien rappeler que j’étais différente, a commenté Manon Massé. [...] Aujourd’hui, plus personne ne parle de ma moustache. Les gens ont vu de quel bois je me chauffe. C’est de ça que les gens vont se rendre compte de Catherine. »

-Avec l’Agence QMI