/news/politics
Navigation

Groupe Capitales Médias: menace à peine voilée du premier ministre à l’endroit de Desjardins

Groupe Capitales Médias: menace à peine voilée du premier ministre à l’endroit de Desjardins
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Desjardins réévalue sa décision de ne pas financer le projet de coopératives des employés de Groupe Capitales Médias (GCM), le premier ministre François Legault prévient qu’il pourrait « réexaminer » les avantages fiscaux dont bénéficie Capital régional et coopératif.

• À lire aussi: Groupe Capitales Médias: Desjardins va réanalyser le dossier

• À lire aussi: Dossier du Groupe Capitales Médias: le ministre Pierre Fitzgibbon mis en demeure

• À lire aussi: Le Mouvement Desjardins a dit non à un autre éditeur de journaux québécois

À l’instar du Fonds de solidarité FTQ, ceux qui souscrivent aux émissions d’actions de Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) profitent d’un crédit d’impôt provincial considérable. « 35 % en crédit d’impôt. C’est bien placé », fait d’ailleurs valoir CRCD, sur la page frontispice de son site internet.

Devant la presse parlementaire, jeudi matin, le premier ministre s’est dit une fois de plus étonné de voir que cette composante du Mouvement coopératif Desjardins, dont la mission est d’investir du capital de risque en région, hésite à appuyer le projet de coopératives proposé par les employés de Groupe Capitales Médias pour sauver leurs journaux régionaux en difficulté.

« Le Fonds de solidarité, puis Desjardins capital de risque [NDLR : CRCD] ont des crédits d’impôt parce qu’on leur demande de prendre plus de risques qu’une banque. Bon, est-ce qu’ils investissent tout cet argent-là, et est-ce qu’ils prennent les risques qu’ils devraient prendre ? C’est des programmes qu’il faut toujours réexaminer », a laissé planer le premier ministre.

Groupe Capitales Médias: menace à peine voilée du premier ministre à l’endroit de Desjardins
Photo Simon Clark

À la défense de Fitzgibbon

M. Legault s’est aussi porté à la défense de son ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, qui est menacé de poursuite par Sylvie Lalande, qui préside le conseil d’administration de CRCD et celui de Groupe TVA en plus d’assurer la vice-présidence du conseil de Québecor.

M. Fitzgibbon a refusé de s’excuser, après avoir soupçonné à tort un lien entre Mme Lalande et la décision prise par Desjardins de ne pas participer au sauvetage des journaux de GCM.

« Il a soulevé une apparence potentielle de conflit d’intérêts. [...] Écoutez, c’est factuel », a dit M. Legault.

Interrogé à ce sujet, le chef péquiste par intérim, Pascal Bérubé, a indiqué que M. Fitzgibbon aurait dû faire « preuve d’humilité » en s’excusant.

« Dans la même journée, il attaque sans fondement une cadre de Québecor et il refuse de blâmer Power Corporation qui laisse tomber ses retraités », a déploré M. Bérubé.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.