/opinion/blogs/columnists
Navigation

Guy Nantel? Oui, oui... Guy Nantel!

Si un prof de théâtre peut diriger le Canada, pourquoi un humoriste ne pourrait-il pas aspirer à diriger le Québec?

Guy Nantel? Oui, oui... Guy Nantel!
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Si un prof de théâtre peut diriger le Canada, pourquoi un humoriste ne pourrait-il pas aspirer à diriger le Québec?  

Guy Nantel? Oui, oui... Guy Nantel!
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

Ah!? Guy Nantel!  

À la fin de l’année 2018, alors que le Parti québécois encaissait encore la solide dégelée électorale qu’il venait de subir, un des candidats défaits, et non le moindre, avait pris l’initiative de rassembler des gens de divers milieux afin de tenir une discussion informelle sur la suite des choses.

  • ÉCOUTEZ Steve E. Fortin à l'émission Politiquement Incorrect à QUB radio:

C’était un dimanche frisquet, pour le déjeuner. Dans l’est de Montréal.     

Ce candidat défait? Jean-Martin Aussant.     

J’y étais. Et parmi les gens conviés, j’avais été surpris d’y trouver l’humoriste Guy Nantel. Ah! Guy Nantel? Me suis-je dit... En gros, la discussion avait porté sur la campagne électorale qui venait de se terminer, bien sûr, mais aussi sur ce qui devait advenir du Parti québécois, du mouvement indépendantiste.     

Nous étions à ce moment un peu trop rapproché du moment de l’hécatombe pour en dresser un bilan bien précis, mais quand je suis ressorti de cette rencontre, j’étais convaincu de deux choses: d’abord, que le Parti québécois ne pourrait pas, cette fois-ci, ne pas sortir de ses ornières traditionnelles, juste changer le capitaine, monter un bon programme et espérer faire mieux la prochaine fois.     

Non. Si tel était la suite des choses, le Parti québécois risquerait bien de plonger encore plus creux, soit l’indifférence politique complète.    

Aussi, que le Parti québécois devait accepter de se transformer du tout au tout. Quitte à se saborder et repartir le tout sous un autre nom. Oui, considérer d’aller jusque là. Pour la cause. Surtout prendre acte que la conjoncture politique ne serait plus la même que lorsque ce parti a joui de l’alternance du pouvoir avec son rival de toujours, le Parti libéral.    

Depuis, le PQ a tenu son fameux «congrès de refondation» au cours duquel des idées intéressantes été ont avancées. Ce parti s’est-il «réinventé»? Trop tôt pour le dire et, de toute façon, c’est indéniable que la course à la chefferie sera un élément essentiel à toute transformation du parti.    

Pour l’heure, il apparaît certain que le PQ ne changera pas de nom et que la «refondation» du parti se fera de l’intérieur. Point positif, on a ouvert les volets comme on ne l’avait jamais fait auparavant dans ce parti. C’est un bon départ.    

Pourquoi pas Guy Nantel?  

J’en reviens à Guy Nantel. À l’évidence, cette nouvelle ne semble pas n’être qu’un coup de pub ou une bête initiative de recherche de clics. Quoique dans les faits, la possibilité qu’une figure publique comme Nantel puisse se lancer en politique fait beaucoup, beaucoup jaser.     

Au cours des dernières heures, j’ai lu toutes sortes de réactions par rapport à la possibilité que Nantel se lance dans la course à la chefferie. Richard Trudel, militant qsiste que j’aime bien, ironisait sur sa page Facebook... «Pour succéder à Lisée, quoi de mieux qu'un autre humoriste...»    

C’est de bonne guerre, et la formule fait sourire.     

Mais Nantel n’est pas un humoriste comme les autres. On le sait très intéressé par l’actualité, la politique, le fait social en général. Ses vox pop sur l’actualité ont souvent fait jaser.     

Guy Nantel? Oui, oui... Guy Nantel!
CARICATURE D'YGRECK

Au cours des dernières semaines, Nantel a envoyé quelques flèches dans les médias, sourire en coin, comme pour mousser l’idée que sa candidature pourrait être intéressante pour le PQ. Mon collègue Mario Dumont a d’ailleurs rappelé cette entrevue du 13 novembre dernier à Salut, bonjour où l’humoriste affirmait, tout sourire, que « si le Parti québécois se cherche un chef, qu’on me fasse signe et je me présenterai! »    

Au cours de cette entrevue, le plus sérieusement et intelligemment, Nantel faisait référence à la nécessité que le Québec devienne un pays et se donne une constitution plus moderne, qui reflète ses valeurs. Pas inintéressant du tout.    

Qu’une figure publique comme lui, qui fait son pain et son beurre de sa capacité d’attirer les foules, de vendre des billets pour ses shows, décide de s’exprimer ainsi a assurément quelque chose de rafraîchissant. Avouons quand même qu’on est plus habitués à la langue de bois et la neutralité politique de la part des confrères de Guy Nantel.    

Surtout, si l’on insiste tant sur la fonction «humoriste», c’est bien normal, on ne doit occulter le fait que Guy Nantel est aussi un citoyen, lequel a bien le droit de mettre l’orteil à l’eau afin de tester l’intérêt de sa candidature éventuelle. On devrait dire «bravo»! L’écosystème politique gagne quand il est investi de gens de tous les horizons.     

Trop longtemps, le service politique a été réservé à des gens aux profils similaires. Cela nous a-t-il vraiment si bien servi?     

Quand une ex-athlète olympique, une poète, un promoteur de boxe ou un entraîneur de hockey junior sont celles et ceux qui font le saut, on applaudit! On ne se moque pas de leurs carrières passées. Le même raisonnement s’applique pour Guy Nantel.     

Vas-y Guy! Lance-toi! Voilà une candidature intéressante qui saura faire déborder l’intérêt en la chose politique au-delà des arcanes habituels.     

Aussi, je te sais loquace et intelligent et ta capacité à rassembler pourrait être déterminante, surtout dans un contexte où, justement et heureusement, le parti auquel tu considères te joindre a laissé la porte bien grande ouverte pour ceux qui partagent ses convictions.     

Après tout, le Canada n’est-il pas dirigé par un professeur de théâtre grand amateur de déguisements!