/opinion/columnists
Navigation

La colère de l’Ouest

Que veut vraiment l’Ouest ?
Photo Agence QMI, Simon Clark Que veut vraiment l’Ouest ?

Coup d'oeil sur cet article

Ce n’est pas d’hier que les provinces de l’Ouest expriment leur malaise par rapport au fonctionnement du fédéralisme. Globalement, elles reprochent au Canada de se définir exagérément à partir de ses provinces centrales et considèrent que le Québec est chouchouté par le gouvernement fédéral.

On se souvient ainsi du Parti réformiste qui a porté le soulèvement de l’Ouest à partir du début des années 1990. Il est parvenu à transformer la vie politique canadienne, en avalant le vieux Parti conservateur. Désormais, un des deux grands partis de gouvernement au Canada aurait sa culture politique ancrée dans les provinces de l’Ouest.

Wexit

Traditionnellement, l’Ouest n’entendait pas rompre avec la fédération, mais peser davantage sur ses orientations. L’Ouest voulait compter dans le Canada, et non pas s’en séparer. L’Ouest ne voulait plus être considéré comme un Canada périphérique, mais appartenir pleinement au pays. Cette aspiration s’exprimait dans un slogan fort : The West Wants in!

Est-ce encore le cas ? On parle beaucoup, en ce moment, du Wexit. Le régionalisme albertain changerait de nature. Il voudrait moins, aujourd’hui, peser sur le Canada que s’en détacher.

Évidemment, l’exploitation des sables bitumineux a donné à l’Alberta un nouveau rapport de force au sein du Canada. Elle se sent frustrée comme jamais de ne pouvoir en tirer pleinement avantage. Toute la controverse autour du pipeline est chargée symboliquement d’un vieux sentiment d’aliénation qui se transforme aujourd’hui en désir de domination. L’Alberta regarde le Québec comme un enfant gâté et lui demande de se coucher.

Jason Kenney, le premier ministre albertain, joue ainsi avec ce sentiment, même si personne n’est dupe : il n’a rien d’un séparatiste albertain caché. S’il entend redéfinir à l’avantage de sa province les règles du fédéralisme, par exemple en transformant en profondeur le système de péréquation, qu’il rêve probablement d’abolir, il n’a pas pour objectif de rompre l’unité du pays.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Que faire devant cela ? Le premier réflexe des nationalistes québécois est de regarder le régionalisme albertain de haut. Ils refusent de mettre sur le même pied un nationalisme ancré dans l’histoire et un régionalisme baignant dans le pétrole. Ils ont raison. Les deux mouvements ne sont pas de même nature.

Cela dit, dans la mesure où le Québec, pour l’instant, mise sur l’autonomisme plutôt que sur l’indé­pendantisme, peut-il y avoir un terrain d’entente avec l’Alberta ? En d’autres temps, il a existé. Le Québec et l’Alberta ont déjà eu des objectifs concrets partagés. Pourrait-il y avoir une alliance des autonomismes ?

Kenney

Théoriquement, c’est imaginable. Le Québec ne devrait s’interdire aucune alliance pour décentraliser la fédération. Pratiquement, ce sera très compliqué, car c’est ouvertement contre le Québec que se déploie le nouveau régionalisme albertain. Nos intérêts écologiques et économiques se conjuguent moins qu’ils ne se confrontent en ce moment.

Comme quoi le Canada, fondamentalement, demeure un pays contradictoire. Un faux pays, une aberration géopolitique, une construction artificielle, contre-productive et bancale. Nous ne sommes vraiment pas faits pour vivre ensemble.