/sports/hockey/remparts
Navigation

Les Diables rouges se tirent encore dans le pied

Ils échappent une avance de 2-0 et s’inclinent 4 à 3 contre les Tigres

Le gardien des Tigres Tristan Côté-Cazenave a été mis à l’épreuve par les Remparts en deuxième période, mais il n’a pas bronché.
Photo Pascal Huot Le gardien des Tigres Tristan Côté-Cazenave a été mis à l’épreuve par les Remparts en deuxième période, mais il n’a pas bronché.

Coup d'oeil sur cet article

« On a trouvé une autre façon originale de perdre un match qu’on n’a aucune raison de perdre. » C’est de cette façon que Patrick Roy a résumé la défaite des Remparts de Québec par la marque de 4-3 contre les Tigres de Victoriaville, jeudi soir au Centre Vidéotron. 

Les Diables rouges avaient pris les devants 2-0 après 20 minutes, mais ont vu les Tigres inscrire trois buts sans riposte en 5 min 13 s au début du deuxième tiers.  

Le gardien des Tigres Tristan Côté-Cazenave a été mis à l’épreuve par les Remparts en deuxième période, mais il n’a pas bronché.
Photo Pascal Huot

« En deuxième, c’est comme si on pensait qu’on était pour avoir un match facile », a déploré l’entraîneur des Diables rouges, qui ont perdu 10 de leurs 14 derniers matchs à domicile. 

« On n’a aucune raison de perdre. On a limité l’adversaire à 19 lancers, on a eu plusieurs bonnes chances de marquer. Il n’y a aucune raison de perdre un match comme ça, à domicile, et on n’a que nous à blâmer. On a pris de mauvaises décisions qui ont mené à des buts de l’adversaire. » 

Le gardien des Tigres Tristan Côté-Cazenave a été mis à l’épreuve par les Remparts en deuxième période, mais il n’a pas bronché.
Photo Pascal Huot

Sa formation a eu ses chances, il faut l’avouer. En toute fin de match, à 4-3 Victoriaville, l’attaquant des Tigres Jordan Brière a été chassé pour quatre minutes en raison d’un coup de bâton. Les Remparts en ont profité pour déployer un cinquième avantage numérique dans le match, lors duquel ils ont passé près d’une minute et demie à six contre quatre. 

« Pourri » en avantage numérique 

Mais comme ce fut le cas lors des quatre supériorités précédentes, ils n’ont pas été en mesure d’enfiler l’aiguille. 

« On a été pourris en avantage numérique. On a été poches. On n’a pas capitalisé, même si on a eu quelques chances à la fin à six contre quatre. Ça fait la différence », a quant à lui résumé Félix Bibeau. 

Dans l’autre camp, l’entraîneur des Tigres Louis Robitaille se disait fort satisfait de la tenue de son équipe hier, notamment en désavantage numérique. 

« Dès le premier désavantage numérique, Félix Paré a bloqué trois lancers. Il l’a fait jusqu’à la toute fin et ça démontre l’engagement des leaders. Les Poulin, Ouellet, Frenette ou Paré. Que dire de Tristan Côté-Cazenave, qui a été solide pour nous ce soir, il dégageait la confiance et il avait faim. » 

En bref 

Il s’agissait d’un premier départ en trois matchs pour Côté-Cazenave. Ce dernier a connu un mois de novembre difficile. Avant le match de jeudi, il maintenait une moyenne de buts alloués de 3,73 et un pourcentage d’arrêts de 0,876. Louis Robitaille a toutefois assuré ne pas s’en faire pour son vétéran.  

« Si on regarde ses chiffres au mois d’octobre, il a maintenu un pourcentage d’arrêts de 0,920. Est-ce qu’il a connu des performances qu’il aimerait revoir ? Oui, il va être le premier à l’admettre. Par contre, l’expérience qu’il a acquise au cours des dernières saisons lui permet de repartir à zéro rapidement, et c’est ce qui est encourageant. » 

Par ailleurs, la foule annoncée de 5809 spectateurs au Centre Vidéotron est la plus petite enregistrée dans un match des Remparts depuis la saison 2005-2006. Les Diables rouges reprendront l’action demain à Sherbrooke, où ils affronteront le Phoenix, première équipe au classement de la LHJMQ. 

4
3
Première période
1-Qué: Félix Bibeau (16) (Malatesta, Dubé) 11:17 2-Qué: Yu Sato (4) (O’Brien, Audette) 13:05
Punitions: Mathieu (Vic) 0:02, Gagnon (Qué) 0:02, Peresunko (Vic) 1:07, Paré (Vic) 4:06.
Deuxième période
3-Vic: Jérôme Gravel (8) (Sévigny, Pellerin) AN-4:54 4-Vic: Alex DeGagné (2) (Sans aide) 7:06 5-Vic: Edouard Ouellet (3) (Abramov, Brière) 10:07
Punitions: Audette (Qué) 3:09, DeGagné (Vic) 11:23.
Troisième période
6-Qué: Andrew Coxhead (5) (Dubé) 11:12 7-Vic: Jérôme Gravel (9) (Poulin, Mathieu) 14:39
Punitions: Daigle (Vic) 8:54, Sévigny (Vic) 8:54, Gaucher (Qué) 8:54, St-Laurent (Qué) 8:54, Malatesta (Qué) 9:09, Brière (Vic) (dou.min.) 16:36.
Tirs au but
Victoriaville 3 - 10 - 6 - 19 Québec 11 - 7 - 12 - 30
Gardiens:
Vic: Tristan Côté-Cazenave (G, 6-10-2) Qué: Emerik Despatie (P, 3-2-0)
Avantages numériques:
Vic: 1 en 2, Qué: 0 en 5
Arbitres:
Samuel Loiselle, Nicolas Dutil
Juges de lignes:
Benoit Martineau, Philippe Pilon
ASSISTANCE:
5 809

Abramov a retrouvé sa touche 

Après un lent départ, l’attaquant russe des Tigres de Victoriaville Mikhail Abramov a trouvé son erre d’aller. 

Avant d’affronter les Remparts jeudi soir, le centre de 18 ans avait inscrit 15 points à ses huit dernières rencontres. Il comptait 32 points en 27 matchs au total cette saison et venait au troisième rang dans la LHJMQ pour les buts marqués, avec 18. 

Mais les choses n’avaient pas débuté de cette façon pour le choix de quatrième ronde des Maple Leafs de Toronto au dernier repêchage. À son retour du camp de la formation torontoise, il avait entamé la saison avec huit points en 11 matchs, dont sept en deux parties, les 29 septembre et 2 octobre. 

« Comme tout joueur qui revient d’un camp pro, il a peut-être pensé qu’il était arrivé et que ce serait plus facile, a mentionné l’entraîneur des Tigres, Louis Robitaille. Il a eu des moments plus difficiles, mais ce que j’aime, c’est la manière dont il a répondu. Il a toujours voulu s’améliorer et le crédit lui revient. C’est un leader pour notre équipe. » 

L’exemple de Nylander  

Si son retour à Victoriaville ne s’est pas déroulé comme il le souhaitait, Abramov a tout de même rapporté de Toronto de l’expérience inestimable. 

« Ç’a été une expérience très enrichissante pour moi, a-t-il mentionné. J’étais vraiment content de vivre ça, et tout était nouveau pour moi. J’ai eu la chance de parler avec quelques joueurs, dont William Nylander, et j’ai appris des choses que j’ai pu ramener à Victoriaville. » 

D’ailleurs, Abramov ne cache pas que Nylander est un modèle pour lui. Il a bien pris soin de l’épier lors du camp d’entraînement des Leafs. « J’aime son style, c’est un fabricant de jeu. Il fait partie des super vedettes à Toronto et j’aime tout de son jeu. J’essaie de jouer comme lui. »