/sports/others
Navigation

Patinage de vitesse: un entrainement qui vire au drame

Coup d'oeil sur cet article

Maxime Laoun pratiquait de manière tout à fait banale avec ses coéquipiers de l’Équipe nationale de patinage de vitesse, jusqu'au moment où il a tenté un dépassement. Une malchance qui a compromis sa carrière et qui a même faillit lui coûter la vie. 

«J'ai eu une triple fracture du tibia en spirale et le péroné a cassé au niveau de la malléole en bas.» Cette blessure subit vendredi avant de partir en direction du Japon pour la nouvelle étape de la Coupe du monde a couté pas moins de trois opérations à l’athlète de 23 ans. 

«On faisait un neuf tours et dans les deux derniers tours j’ai voulu faire un dépassement à l’extérieur. Il y a eu un mouvement assez douteux et deux personnes sont tombées et en tombant ils m'ont accroché la jambe. Cela a fait en sorte que mon patin est resté pris dans la glace. J'ai senti que ma jambe c'était un vrai Jell-O...il ne restait plus rien.» 

Par contre, le calvaire de Laoun s’est poursuivi après l’opération. Dimanche, ce n’était plus seulement sa saison ou sa carrière qui était en péril, mais bien sa propre vie. Le patineur a été victime d’un choc vagale. 

«Ils étaient huit au tour de mois. [...] J’ai vu que ma pression était rendue à 60 sur 30 et la deuxième fois que je l’ai vue c’était écrit juste «code» sur la machine. Rien pour rassurer Laoun et ses proches, évidemment inquiets de son état. 

Son père est encore happé par les événements et la charge émotive que cela impliquait : «J’ai eu la peur de ma vie.» 

Maintenant que son état est plus stable, Laoun peut commencer à réfléchir à son avenir. Malgré cet incident de parcours et qu’il ne pourra pas rechausser les patins avant six à huit mois, il garde toujours en tête le rêve qui l’a guidé depuis le début de sa jeune carrière : participer aux Jeux olympiques.