/opinion/columnists
Navigation

Québec solidaire chute par sa propre faute

Coup d'oeil sur cet article

Selon un sondage Léger/Le Journal publié hier, la CAQ a perdu 6 points depuis le printemps. À 38 % d’appuis, son score reste néanmoins le même qu’au scrutin du 1er octobre 2018. À 27 %, le PLQ monte de 6 points. À 19 %, le PQ prend aussi quelques plumes.

Pour François Legault, le plus important est toutefois ceci. À 70 % chez les francophones, le taux de satisfaction envers son gouvernement est solide comme le roc. Et ce, malgré les cafouillages en immigration.

Ce qui frappe le plus est la chute de Québec solidaire. En quelques mois, QS est passé de 15 % des intentions de vote à 10 %. Perdre le tiers de ses appuis, c’est beaucoup. Le débat surréaliste sur le coton ouaté de sa députée Catherine Dorion y est peut-être pour quelque chose.

Virage raté

Le récent virage ultra-indépendantiste de QS y est sûrement pour bien plus encore. Parce que cette opération frisait le délire pour un petit parti incapable de prendre le pouvoir, elle risque d’avoir coûté aux solidaires un large pan de leur crédibilité.

En jouant à la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf dans l’unique but partisan de tenter de gruger dans les talles du Parti québécois — but raté cette fois-ci —, QS aura même réussi à éclipser ses propres positions de gauche — pourtant sa vraie distinction sur l’échiquier politique.

Ce drôle de virage confirme aussi que les dirigeants de QS se lèvent la nuit pas mal plus souvent pour haïr le PQ que pour tenter de faire avancer l’option indépendantiste dont ils se réclament à hauts cris.

Si ce n’était pas le cas, dès 2017, ils auraient négocié une forme ou autre d’alliance stratégique avec le PQ. Or, ils ont préféré poursuivre leur guéguerre contre les péquistes. D’où leur manque total de crédibilité lorsqu’ils jurent maintenant être ceux qui feront le « pays ».