/finance/business
Navigation

Sans les crédits d’impôt du Québec, Ubisoft serait déficitaire

La multinationale vante les vertus de l’aide de l’État à l’industrie du multimédia

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Les généreux crédits d’impôt touchés au Québec par le géant français du jeu vidéo Ubisoft lui permettent d’être à peine rentable cette année.

«Ces crédits d’impôt sont importants, pas dans les revenus, mais dans la capacité de prendre des risques pour créer des emplois», a plaidé mercredi le grand patron d’Ubisoft Canada, Yannis Mallat, en marge d’un discours devant les membres de la Chambre de commerce de Québec.

Annuellement, Ubisoft touche plus de 100 millions $ en crédits d’impôt (37,5 % sur les salaires offerts) de la part de Québec, alors qu’elle emploie tout près de 4500 travailleurs dans ses studios de Montréal, de Québec et de Saguenay.

Au cours des six premiers mois de la présente année financière, la maison-mère d’Ubisoft située en France a été à peine rentable, dégageant un maigre bénéfice net de 1,3 million $ CA sur des revenus de plus d’un milliard $ CA.

À la Bourse de Paris, le titre d’Ubisoft a perdu de son lustre cette année, passant de 85 euros en avril dernier à 55,80 euros mercredi. 

Selon Ubisoft, ces crédits d’impôt offerts par le gouvernement du Québec font partie d’«une recette gagnante depuis 20 ans parce qu’elle permet, à des entreprises comme nous, de prendre des risques», a fait valoir M. Mallat.

Depuis 2005, Ubisoft a reçu pas moins de 1,1 milliard $ en crédits d’impôt et subventions au Canada : 90 % de cette somme a d’ailleurs été versée par le gouvernement du Québec, révélait l’an dernier Le Journal.

Entre 2013 et 2017, Ubisoft a enregistré des profits nets de 634 millions $ tout en recevant 615 millions $ en subventions, peut-on lire dans ses états financiers.

Dans ce contexte, la direction d’Ubisoft dit toujours demeurer inquiète pour l’avenir de ces aides financières destinées à l’industrie du jeu vidéo et du multimédia, alors qu’elles contribuent «à créer de la richesse pour le Québec», a précisé M. Mallat.

En pleine croissance

Cela dit, Ubisoft se dit toujours en pleine croissance avec des ambitions de faire une percée majeure en Chine. L’entreprise espère atteindre chaque mois les 200 millions de joueurs fidèles à ses jeux vidéo d’ici 2025.

Par ailleurs, Ubisoft a annoncé mercredi qu’Andrée Cossette devenait la nouvelle directrice générale du studio de Québec qui emploie 500 personnes. En poste depuis 2005 à Québec pour Ubisoft, Mme Cossette agissait comme DG adjointe depuis deux ans.

UBISOFT AU QUÉBEC

  • Implantation : 1997
  • Studios : Montréal, Québec et Saguenay
  • Nombre d’employés : près de 4500
  • Principales franchises : Assassin’s Creed, Far Cry, Watch Dogs, For Honor et Tom Clancy’s Rainbow Six.