/news/provincial
Navigation

Ville de Québec: Jean-François Gosselin accuse Régis Labeaume de mentir sur les coûts réels du tramway

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Gosselin accuse le maire Labeaume de «mentir» à la population quant aux coûts réels du réseau structurant de transport en commun. Selon lui, la part de la municipalité dans ce mégaprojet se chiffre désormais à au moins 439 millions de dollars au lieu des 300 millions annoncés.  

C’est ce que le chef de Québec 21 a dénoncé jeudi en fin de matinée, en marge des comités pléniers qui se déroulent à l’hôtel de ville de Québec.   

Ce dernier réagissait au fait que la Ville devra mettre la main à la poche pour financer une partie du prolongement de la rue Mendel, à la Pointe-de-Sainte-Foy.     

«Ce n’est pas vrai, qu’on aurait refait Hochelaga s’il n’y avait pas eu le tramway. Ce n’est pas vrai, qu’on aurait fait un prolongement de Mendel, par-dessus la voie ferrée, pour aller rejoindre Pie-XII, s’il n’y avait pas eu de projet de tramway», a-t-il insisté.   

Selon lui, «quand Régis Labeaume dit ça [que ces projets auraient été faits de toute façon], c’est de la foutaise. Ce sont des mensonges. Il dit n’importe quoi».  

En fin d’après-midi, le maire de Québec a minimisé la portée des accusations de l’opposition. «C’est le jour de la marmotte. On a entendu la même affaire dans le temps de l’amphithéâtre. Y en qui avaient une comptabilité à côté et qui ont décidé que ça coûtait ça, a-t-il balayé du revers de la main. De toutes façons, l’opposition est contre le projet. Fondamentalement, c’est zéro crédibilité. Ils vont tout faire pour essayer de tuer le projet.»  

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Stevens Leblanc
Le maire de Québec, Régis Labeaume

«Petite passe»  

Par ailleurs, M. Gosselin n’en revient pas, non plus, de la déclaration faite mercredi par M. Labeaume. Le maire a candidement avoué avoir «essayé de faire une petite passe» en tentant de refiler au gouvernement la facture pour l’ajout de deux voies de circulation, d’un trottoir et d’une piste cyclable dans la rue Mendel.   

«Ce n’est pas la bonne façon de traiter notre partenaire financier numéro 1, a dénoncé le chef de l’opposition. Ce qui me préoccupe le plus, ce sont les citoyens de la ville de Québec qui sont en train, eux-aussi, de se faire faire une passe par le maire de Québec, avec tous les ajouts qu’il fait et tous les projets importants qu’il reporte.»   

D’après le chef de Québec 21, plusieurs engagements électoraux pris par Équipe Labeaume en 2017 ont été reportés de plusieurs années à cause des nouveaux investissements liés au réseau structurant. C’est notamment le cas de l’agrandissement du Centre de loisirs Jean-Guyon (Beauport), de la réfection du Centre communautaire Charles-Auguste-Savard (Neufchâtel) et de la promesse de chauffer toutes les piscines municipales extérieures à l’horizon de 2020, a-t-il énuméré. «Ces projets sont reportés à cause du tramway», a assuré Jean-François Gosselin. 

Appelé à commenter, Régis Labeaume a démenti un quelconque retard dans les projets cités plus haut. Le maire a également promis de faire bientôt le point sur l’enjeu spécifique du réchauffement des piscines municipales dans un contexte où certaines de ces infrastructures nécessitent des travaux majeurs.