/opinion/columnists
Navigation

21 nuances de démagogie

Coup d'oeil sur cet article

L’étrange publicité pleine page contre la loi 21 que s’est payée hier le gouvernement manitobain dans des médias québécois a eu un effet bœuf. On y voit les photos d’une femme souriante portant le hijab, d’une femme tout aussi souriante avec un crucifix dans le cou et d’un homme au large sourire portant la kippa.

Le titre : 21 raisons de se sentir chez soi au Manitoba. Raison no 21 : « Les Manitobains accueillent la diversité et savent que le multiculturalisme est une force pour nos collectivités et notre économie. » Le Manitoba, paradis sur terre du vivre-ensemble enjoué ? Minute papillon. Cette pub, c’est plutôt 21 nuances de démagogie.

Le premier ministre François Legault et les partis d’opposition ne l’ont pas trouvée drôle. Son message, de toute évidence, n’est pas touristique. La pub ne se limite pas non plus à du démarchage d’employés bilingues. Si le Manitoba était le summum du bonheur infini, ça se saurait depuis longtemps.

Refrain classique

Le propos est d’une toute autre nature. Brutalement politique, il dit aux Québécois que, contrairement aux vertueux Manitobains, ils n’accueillent PAS la diversité. Bref, c’est une version épurée de la brochette d’éditoriaux et chroniques qui, au Canada anglais, traitent la loi 21 d’odieuse, raciste, sexiste et xénophobe. En fait, c’est le même mépris lancé au Québec depuis des décennies, constamment soupçonné des pires intentions envers ses minorités. Toujours ce même sentiment de supériorité morale des élites anglo-canadiennes face aux pauvres Québécois, d’indécrottables intolérants.

Bien sûr, on pourrait rappeler à Brian Pallister, premier ministre du Manitoba, que dans son « paradis », la proportion des Franco-Manitobains ne cesse de diminuer. Que selon le recensement de 2016, après l’anglais parlé à la maison par 92 % de la population manitobaine, le français arrive très loin derrière, après même le tagalog et l’allemand. On pourrait, mais ce serait peine perdue. Il n’y a pas pire sot que celui qui, à tort, se voit comme irréprochable.

Effet boomerang

Or, l’effet pervers de toutes ses insultes combinées est celui d’un boomerang. Plus elles pleuvent sur la loi 21, plus elles renforcent le souhait des Québécois d’en débattre entre eux seulement. Car, débat il y a. La loi 21 jouit ici d’un appui majoritaire, mais non pas unanime. La loi est contestée devant les tribunaux par des Québécois. Dans les médias, il s’en trouve aussi chez les analystes, dont moi-même, pour s’y opposer. Entre autres raisons, sur la base de l’absence de démonstration par le gouvernement Legault de la nécessité de la loi 21 dans nos écoles publiques.

Il y a cependant une différence majeure avec ce qui s’en dit hors Québec. Il est possible ici d’en débattre, parfois même durement, mais sans prêter pour autant des velléités xénophobes au législateur ou aux citoyens qui l’appuient. Il reste néanmoins un incontournable principe de réalité. Les Québécois auront beau demander au ROC de se mêler de ses affaires, leur État n’étant qu’une province, la loi 21 sera nécessairement soumise un jour au jugement dernier et sans appel de la Cour suprême.