/news/provincial
Navigation

Deux étages de plus pour la tour du 800 d’Youville

L’ancien immeuble de la BMO à Québec passera de 21 à 23 étages

Sur cette esquisse préliminaire, on peut apercevoir deux étages vitrés au sommet de la tour, coiffés d’un dôme. Le concept, qui pourrait toutefois évoluer, devra recevoir l’approbation de la Commission d’urbanisme de la Ville de Québec.
Photo courtoisie, Atelier 21 Sur cette esquisse préliminaire, on peut apercevoir deux étages vitrés au sommet de la tour, coiffés d’un dôme. Le concept, qui pourrait toutefois évoluer, devra recevoir l’approbation de la Commission d’urbanisme de la Ville de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Deux étages additionnels devraient pousser au sommet de la plus haute tour de la place d’Youville au centre-ville de Québec, dans la prochaine année.

Ce projet d’agrandissement en hauteur, qui est dans les cartons depuis plus de dix ans, franchira une nouvelle étape réglementaire lundi prochain, lors de la séance du conseil municipal, apprend-on dans des documents de la Ville de Québec.

Le 800 d’Youville, qui héberge des centaines de fonctionnaires de divers ministères et organismes gouvernementaux, mais qui abrite aussi des espaces commerciaux, passera de 21 à 23 étages.

Sa nouvelle couronne « contribuera à améliorer l’apparence de l’immeuble actuel », peut-on lire dans une fiche du comité exécutif.

L’ajout d’étages à l’ancien édifice de la BMO ne nécessite aucune modification réglementaire en ce qui a trait à la hauteur projetée, puisqu’elle a déjà été autorisée dans le PPU (Programme particulier d’urbanisme) de la colline Parlementaire, en vigueur depuis 2010.

Cependant, les élus ont convenu de modifier le PPU pour permettre l’aménagement d’un restaurant et d’un café-terrasse sur le toit.

Deux étages à bureaux

Or, selon ce qu’a appris Le Journal, les propriétaires de l’immeuble — qui n’ont pas voulu nous accorder une entrevue hier — n’envisagent pas du tout l’aménagement d’un restaurant.

Ils projetteraient plutôt l’ajout de deux étages à bureaux et sont encore en négociations avec un locataire majeur.

Ils espèrent ratifier un bail prochainement, une étape essentielle avant le démarrage du chantier qui pourrait être lancé en 2020.

La demande de modification au PPU proviendrait étonnamment d’un tiers qui caressait le projet d’ouvrir un restaurant au sommet de la tour, selon nos sources. L’esquisse publiée dans nos pages remonte à plusieurs années. Le design élaboré par les architectes d’Atelier 21, locataires du 21e étage de la tour, tiendrait toujours la route pour l’instant, mais il pourrait encore évoluer, nous a-t-on prévenus.

Six étages sur Grande Allée

Les élus adopteront, par ailleurs, des modifications au PPU, lundi prochain, afin d’autoriser un projet résidentiel de six étages au 333, Grande Allée Est, soit deux étages de plus qu’à l’heure actuelle.

La hauteur maximale permise passera de 13 mètres à 20 mètres. La première mouture du projet, avec une hauteur de 25 mètres, n’avait pas été très bien reçue par les citoyens du secteur.

« Les modifications apportées au bâtiment seront situées du côté de l’aire de stationnement » de l’édifice voisin qui abrite le ministère de la Culture, « ce qui minimisera l’impact du gabarit projeté », peut-on lire dans les documents.

Édifice D’Youville

  • Construit entre 1970 et 1972
  • Plus haute tour de la place D’Youville, avec 21 étages
  • Les 22e et 23e étages auront une superficie totale de 23 000 pieds carrés
  • Évaluation municipale : près de 45 M$
  • Le principal actionnaire de la compagnie qui possède l’édifice vit en Ontario
  • Plusieurs locaux vacants aux 17e, 19e et 20e étages
  • Quelques locataires actuels : Régie du bâtiment du Québec, Conseil du statut de la femme, ministère des Transports, Office des professions du Québec, Euromart, Atelier 21, Second Cup, Subway