/finance/business
Navigation

Plan de relance: Desjardins discutera avec Capitales Médias dès lundi

Pierre Fitzgibbon
Photo d'archives, Simon Clark Pierre Fitzgibbon

Coup d'oeil sur cet article

Desjardins Capital va rencontrer la direction de Groupe Capitales Médias (GCM), lundi, afin de discuter du plan de relance. La coopérative se dit optimiste de pouvoir donner une réponse avant le temps des Fêtes.

Vendredi, le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, était de passage à Montmagny pour un point de presse chez Ressorts Liberté. Le chef de l’exploitation de Desjardins Capital, Luc Ménard, était aussi présent.

« Oui, nous avons eu une discussion. Je suis très content de dire que lundi M. Ménard et son équipe vont rencontrer Stéphane Lavallée, le président par intérim de Groupe Capitales Médias », indique M. Fitzgibbon. « Je suis content de voir que tous les acteurs financiers qui pourraient participer vont être à la table », ajoute-t-il.

Pour sa part, le chef de l’exploitation de Desjardins Capital n’a pas caché qu’il trouvait « malheureux » la façon dont le dossier a été discuté sur la place publique au cours des derniers jours.

M. Ménard a confirmé qu’il allait travailler avec les responsables du Groupe Capitales Médias dès la semaine prochaine.

« Notre but, encore une fois, est d’investir dans un plan d’affaires solide. Là, nous avons l’opportunité de revoir ce modèle d’affaires et d’en faire un succès ensemble », dit-il. « On va mettre les bouchées doubles. On sait qu’il y a un sentiment d’urgence. Je pense qu’on va prendre les deux prochaines semaines pour se faire une tête », poursuit-il.

« Ça n’a rien à voir »

Par ailleurs, vendredi, François Legault a répondu à la lettre de Pierre Karl Péladeau en affirmant que les déclarations de M. Fitzgibbon sur une situation d’apparence de conflit d’intérêts dans la décision de Desjardins envers Groupe Capitales Médias n’ont rien à voir avec le genre de Sylvie Lalande.

« J’ai demandé à Martin Koskinen [le chef de cabinet du premier ministre] de parler avec M. Péladeau et de lui dire que, d’abord, ça n’a rien à voir avec le fait que ce soit un homme ou une femme, et que, deuxièmement, tout ce que dit M. Fitzgibbon, c’est qu’il y avait une apparence de conflit d’intérêts, point final », a dit M. Legault en mêlée de presse.

La veille, le grand patron de Québecor, propriétaire du Journal et de Groupe TVA, avait envoyé une lettre au premier ministre pour lui faire part de son « indignation » concernant les propos du ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon à l’endroit de Sylvie Lalande.

– Avec la collaboration de Charles Lecavalier