/entertainment/tv
Navigation

Les beaux malaises bientôt en Serbie

L’adaptation de la série sera diffusée à travers les Balkans

Une scène de Slatke Muke, l’adaptation serbe des Beaux malaises.
Photo courtoisie, Fresh Production Une scène de Slatke Muke, l’adaptation serbe des Beaux malaises.

Coup d'oeil sur cet article

L’humour de Martin Matte s’exporte. La série Les beaux malaises fera l’objet d’une adaptation serbe, a appris Le Journal.

Cette nouvelle mouture sera diffusée à travers les Balkans, une région qui englobe la Bosnie­-Herzégovine, la Croatie, le Monténégro, la Macédoine, la Serbie et l’Albanie. Elle sera intitulée Slatke Muke, qu’on pourrait traduire par « Douce agonie » en français.

Les tournages ont commencé en juin à Belgrade. Le résultat satisfait les attentes de François Rozon, joint au téléphone, le président d’Encore Télévision. La maison de production québécoise derrière l’œuvre originale parle d’un travail « bien fait ».

« On reconnaît la maison. C’est vraiment un copier-coller de l’univers. C’est une belle production. »

Le rôle de Martin Matte sera repris par Andrija Milosevic, un populaire acteur serbe. Âgé de 41 ans, Milosevic a également versé dans l’animation. Il a déjà piloté la version serbe de Survivor, une téléréalité. La comédienne Aleksandra Tomic défendra le rôle joué par Julie Le Breton au Québec.

Andrija Milosevic personnifie Martin Matte.
Photo courtoisie, Fresh Production
Andrija Milosevic personnifie Martin Matte.

Humour « sans tabous »

Les épisodes de Slatke Muke sont produits pour Telekom Srbija, une importante entreprise de télécommunication basée à Belgrade qui possède sa propre chaîne de télévision. La série entrera en ondes le lundi 9 décembre. Elle occupera une case horaire enviable : celle de 21 h.

Selon François Rozon, c’est le ton des Beaux malaises qui a séduit les Serbes.

« Ils ont aimé le côté audacieux. Ils n’ont jamais essayé de changer les textes. Il n’y a pas eu de contraintes. Jamais. »

« Ils ont beaucoup aimé l’humour sans tabous et poussé », ajoute Yann Paquet, vice-président Stratégie et Affaires internationales chez Québecor Contenu.

C’est Aleksandra Tomic qui reprend le rôle de Julie Le Breton.
Photo courtoisie, Fresh Production
C’est Aleksandra Tomic qui reprend le rôle de Julie Le Breton.

Trois saisons

L’entente intervenue entre Fresh Production, une société serbe, Encore International et Québecor Contenu touche aux épisodes des trois saisons des Beaux malaises. D’ordinaire, les producteurs étrangers préfèrent acheter une saison à la fois, histoire de réduire les risques financiers au minimum.

D’après Yann Paquet, il s’agit d’un gage de confiance.

« Ça veut dire qu’ils y croient vraiment. Ils sont convaincus d’avoir un succès entre les mains. »

Un intérêt qui perdure

Près de six ans après son entrée en ondes à TVA, Les beaux malaises continue de voyager. En plus d’avoir été vendue à Netflix, la comédie de Martin Matte a fait l’objet d’une adaptation en France mettant en vedette Frank Dubosc en 2016.

« On continue à sentir de l’intérêt un peu partout, déclare Yann Paquet. Le format des Beaux malaises reste très actuel et moderne. Voir une série québécoise, une comédie en plus, s’implanter ailleurs, c’est le fun. Ça prouve la qualité de ce qu’on fait chez nous. »

Le Québec voyage

L’adaptation serbe des Beaux malaises n’est pas l’unique bonne nouvelle concernant l’exportation des fictions québécoises cette semaine. La minisérie Le monstre, inspirée du récit autobiographique d’Ingrid Falaise, a été diffusée sur Téva en France mercredi et jeudi soir.