/news/provincial
Navigation

Pas de patinoire à la place Jean-Béliveau

DM patinoire beliveau-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard La glace de la place Jean-Béliveau avait attiré un nombre respectable de patineurs lors de son inauguration en 2017 (photo), mais elle était souvent déserte.

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a décidé de faire une croix sur l’aménagement d’une patinoire extérieure à la place Jean-Béliveau, cet hiver, estimant que l’expérience menée depuis deux ans n’a pas été concluante.

L’administration Labeaume prévoit ainsi épargner 310 000 $ en 2020, a-t-on appris, vendredi, dans les documents budgétaires à l’étude à l’hôtel de ville.

Le maire Régis Labeaume n’exclut pas de revenir à la charge avec une patinoire au pied du Centre Vidéotron, dans le futur, mais il reconnaît que la Ville aurait peut-être dû attendre que le secteur soit mieux aménagé avant d’offrir ce service, qui a finalement été boudé la plupart du temps par les citoyens depuis 2017.

« On l’a fait peut-être un peu tôt, mais avec les développements qu’on souhaite sur ce site-là, ça va peut-être redevenir très pertinent de le faire », a-t-il exposé lors d’un plénier en matinée, vendredi.

D’autres patinoires à proximité

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, a questionné la directrice du Bureau des grands événements, Catherine Chénier, au sujet de l’échec du projet. « Qu’est-ce qui a fait que ça n’a pas marché ? »

« On a réalisé deux constats : premièrement, au moment où on l’a fait, le Grand marché n’était pas encore ouvert, a répondu Mme Chénier. Il y a aussi une offre assez importante de surfaces glacées dans le même secteur, donc il semblerait que les gens continuaient d’aller à la Pointe-aux-Lièvres, à Sainte-Odile puis à Gérard-Marchand. »

« La réflexion qu’on fait actuellement, c’est de voir si la patinoire aide la place à se développer ou si elle est une entrave à son développement en hiver. L’écoulement des eaux, à la suite de la fonte, nuit au passage piétonnier, donc c’est toute la cohabitation de ça qu’il faut réévaluer », a-t-elle ajouté.