/news/politics
Navigation

Rencontre Ford-Legault: l’opposition veut des résultats

François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford, dit l'opposition libérale.
Photo d'archives François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford, dit l'opposition libérale.

Coup d'oeil sur cet article

François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford et doit livrer les ententes promises avec l’Ontario, dit l’opposition libérale.  

 • À lire aussi: Souper en tête-à-tête entre Ford et Legault pour trouver un «terrain d'entente»  

«Il y a peut-être une proximité sur le plan personnel, mais une chose est claire, il n’y a pas beaucoup de résultats», a déploré le chef libéral par intérim Pierre Arcand vendredi, à quelques heures d’un souper en tête-à-tête entre MM. Legault et Ford à Montréal. La rencontre, dont le lieu est tenu secret, mettra notamment la table pour un conseil de la fédération spécial à Toronto lundi.  

Pierre Arcand rappelle que le premier ministre caquiste avait fait miroiter l’an dernier un partenariat avec l’Ontario pour construire au Québec des barrages hydroélectriques destinés à alimenter la province voisine. L’Ontario se préparait alors à investir 20 milliards de dollars dans la rénovation de centrales nucléaires, faisait valoir M. Legault.  

«M. Legault nous avait promis qu’il vendrait de l’électricité, qu’on aurait vraiment une entente extraordinaire. Et, à ce que je sache, il n’y a pas d’intérêt, actuellement, de la part de l’Ontario», a souligné M. Arcand.  

François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford, dit l'opposition libérale.
Photo Simon Clark

Pour le moment, le bilan des relations entre les deux hommes se résume à «des échanges de chandails de hockey», s’est-il moqué.    

Laïcité  

Le chef péquiste par intérim, lui, a enjoint au premier ministre Legault de dénoncer une motion qui, adoptée à l’unanimité par Queen’s Park, demande à Québec de retirer sa loi sur la laïcité et promet que l’Ontario appuiera une éventuelle contestation en Cour suprême.  

«Le nationalisme de la CAQ, au minimum, c’est de faire respecter les lois du Québec, dit Pascal Bérubé. Je ne veux pas que cette soirée-là serve à parler de hockey. Je veux que, notamment, on parle aussi de faire respecter le Québec.»  

François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford, dit l'opposition libérale.
Photo Simon Clark

Front commun   

De son côté, le gouvernement Legault souhaite profiter de la position minoritaire de Justin Trudeau à Ottawa pour réclamer plus d’autonomie pour les provinces.  

«On essaie de faire front commun quand on parle avec M. Trudeau», a déclaré François Legault.  

Il donne l’exemple du financement fédéral pour les programmes de transport en commun. «C’est compliqué d’aller chercher la part du fédéral. On l’a vu dans le tramway de Québec», a-t-il illustré. M. Ford et lui souhaitent donc convaincre le premier ministre canadien de «laisser les provinces choisir ce qu’on fait avec les programmes d’infrastructures».  

François Legault ne peut plus se contenter d'échanger des chandails de hockey avec Doug Ford, dit l'opposition libérale.
Photo Simon Clark

Lors du conseil de la fédération, lundi, les premiers ministres provinciaux continueront également de réclamer à Ottawa une hausse des transferts fédéraux en santé à 5,2% par année, contre une moyenne de 3% actuellement.  

De la même façon, ils demandent que le premier ministre Trudeau fasse pression sur la Maison-Blanche pour que les entrepreneurs canadiens soient inclus dans le Buy America Act.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.