/weekend
Navigation

Album de famille pour Natalie Choquette: «c’est indescriptible, ce que je ressens quand je me retrouve en studio avec elles»

Natalie Choquette en compagnie de ses filles Florence K, Éléonore et Ariane.
Photo Ben Pelosse Natalie Choquette en compagnie de ses filles Florence K, Éléonore et Ariane.

Coup d'oeil sur cet article

Fille de diplomate, Natalie Choquette a grandi aux quatre coins de la planète avant de, finalement, se poser à Montréal. Au fil des déménagements, son père lui a transmis une passion : l’art. Une habitude s’est ainsi créée. Et elle perdure aujourd’hui. « Chaque fois que j’arrive dans un nouveau lieu, la première chose que je cherche est un musée », explique la soprano.

Natalie Choquette a toujours aimé l’art. Enfin, presque.

« Enfant, on déménageait dans un nouveau pays tous les trois ans. Chaque fois, mon père nous trimbalait toujours dans les musées de la ville où on s’installait. À l’époque, je trouvais qu’il manquait d’action pour la petite fille hyperactive que j’étais », confie la chanteuse dans un éclat de son rire haut perché si caractéristique.

N’empêche. Elle n’a pas mis de temps à succomber au talent des plus grands artistes de ce monde, découverts dans les musées du Japon, de l’Italie, de la Russie, du Canada ou des États-Unis. Chacune de ces œuvres a laissé sur elle une empreinte qu’elle dévoile aujourd’hui sur Colores, un nouvel album déposé dans les bacs hier.

Avec ses filles

Au programme : onze couleurs bien distinctes, dépeignant autant d’univers uniques. À l’origine de chacune d’entre elles, une pièce d’art, du pop-art américain de Warhol à l’art religieux ornant les murs des chapelles de Rome.

Au fil des pièces, la chanteuse retrace donc son parcours riche en bagage culturel. Et elle n’est pas seule. Pour l’occasion, Natalie Choquette a fait appel à la voix de Gino Quilico, mais également à celles de ses trois filles : Florence K (qui a également participé à l’écriture et à la composition de Colores), Éléonore Lagacé et Ariane Lagacé.

« J’aime chanter. Évidemment. Mais quand je le fais avec mes filles, cet amour-là est encore plus puissant. C’est indescriptible, ce que je ressens quand je me retrouve en studio avec elles », confie la soprano.

Mais pour se plonger dans cet univers musical inspiré des maîtres de l’art, Natalie Choquette tenait à s’immiscer dans leur univers. C’est ainsi qu’elle a récemment posé pour la première fois un pinceau sur un canevas. Sitôt, une passion était née.

« Je n’avais jamais peint de ma vie ! Et finalement, j’ai peint 11 gigantesques tableaux en un mois. Dès que j’ai commencé le premier, j’oubliais tout — même le temps — quand je m’installais devant la toile. J’ai vraiment tripé », révèle-t-elle.

On pourra découvrir ces fresques au cours de la prochaine année lorsque Natalie Choquette portera les pièces de Colores sur scène. Ces œuvres visuelles serviront de repères tout au long des concerts.


► L’album Colores est présentement sur le marché.