/sports/opinion/columnists
Navigation

Ce n’est pas fini pour les Eagles

Coup d'oeil sur cet article

Le quart-arrière Carson Wentz est méconnaissable. Les joueurs blessés affluent. La défensive n’a plus sa profondeur et sa vigueur des beaux jours. Bref, ça sent la panique à Philadelphie, une ville où les partisans ne font pas dans la dentelle. Pourtant, malgré les apparences, les Eagles ne sont pas morts.  

Avec une fiche de cinq victoires et six revers, dans une conférence aussi relevée que la Nationale, les chances que les Eagles continuent de jouer au football en janvier peuvent sembler minces, voire inexistantes.   

Toutefois, en regardant de plus près, la première position détenue par les Cowboys (6-6) dans la division Est demeure tout à fait accessible.   

Premièrement, le duel du 22 décembre entre les deux rivaux pourrait faire foi de tout. Quant au reste du calendrier, les Eagles joueront à deux reprises contre les Giants, en plus de se mesurer aux Dolphins et aux Redskins. On dit souvent qu’il n’y a pas de matchs faciles dans la NFL, mais c’est tout de même ce qui s’en rapproche le plus.  

De leur côté, les Cowboys héritent d’un calendrier qui n’est pas indomptable, mais qui est tout de même moins favorable que celui des Eagles. Ils devront d’abord prendre la route de Chicago, où il n’est jamais commode de jouer en décembre. Suivront ensuite les Rams, Eagles et Redskins.  

Bref, les Eagles ne sont pas morts, même s’ils ne sont pas sortis du bois.  

Problèmes autour de Wentz  

Si l’offensive ne retrouve pas ses repères, il deviendra toutefois difficile de s’extirper du trou. Le cas du quart-arrière Carson Wentz est un véritable casse-tête cette saison.  

Le rouquin a connu un début de carrière tellement fulgurant qu’il devient difficile dans toute analyse de se détacher de sa saison 2017 phénoménale. Or, force est de constater que depuis la blessure qui a mis fin à cette extraordinaire campagne, Wentz en arrache.  

Bien sûr, le pivot de 26 ans bénéficie de circonstances atténuantes pour justifier ses prestations en dents de scie. Dimanche dernier, ses deux meilleurs joueurs de ligne offensive, Lane Johnson et Brandon Brooks, étaient sur la touche. Cette ligne offensive doit d’ailleurs composer avec plusieurs bobos et le bloqueur recrue Andre Dillard connaît un début de carrière plutôt difficile.  

Ses receveurs forment aussi un groupe affecté par les blessures et les contre-performances. Selon ESPN, les Eagles sont en effet 31es à cette position pour les verges amassées par le groupe (1118 verges au total), et derniers pour la moyenne de verges par réception (10,8 verges) chez les ailiers espacés. Ils ont par ailleurs échappé 17 passes, le quatrième plus haut total du circuit.  

Correctifs à apporter  

Cela étant dit, les meilleurs quarts-arrière, ceux à qui les équipes dévouent le plus de ressources financières, doivent s’élever au-dessus de ces contraintes. Dans des défaites crève-cœur dans les deux dernières semaines, lors desquelles la défensive n’a rien à se reprocher, Wentz a été responsable de cinq revirements.   

Il est le type de quart-arrière qui a toujours privilégié une approche agressive, n’hésitant pas à s’accrocher au ballon une seconde de plus pour décocher une bombe. Or, à l’heure actuelle, il n’a pas le personnel autour de lui pour pratiquer ce style téméraire.  

Wentz n’est définitivement pas au stade où il est devenu un projet à jeter aux ordures. Son talent monstre ne peut s’être évaporé soudainement. Sauf qu’il faut cesser de le défendre aveuglément sous prétexte que tous ceux qui l’entourent sauf lui sont responsables de la déveine des Eagles, qui sont encore bien en vie malgré les apparences. Car une fois en séries, tout peut arriver, comme ils l’ont habilement démontré il y a deux ans, quand la planète NFL en entier les avait enterrés.  

Semaine 13   

Jeudi : mes choix   

  • Chicago à Detroit : BEARS  
  • Buffalo à Dallas : COWBOYS  
  • La Nouvelle-Orléans à Atlanta : SAINTS   

Dimanche : mes choix   

  • Tennessee à Indianapolis (13 h) : TITANS  
  • NY Jets à Cincinnati (13 h) : JETS  
  • Washington en Caroline (13 h) : PANTHERS  
  • San Francisco à Baltimore (13 h) : RAVENS  
  • Tampa Bay à Jacksonville (13 h) : BUCCANEERS  
  • Cleveland à Pittsburgh (13 h) : STEELERS  
  • Green Bay à NY Giants (13 h) : PACKERS  
  • Philadelphie à Miami (13 h) : EAGLES  
  • LA Rams en Arizona (16 h 05) : RAMS  
  • LA Chargers à Denver (16 h 25) : CHARGERS  
  • Oakland à Kansas City (16 h 25) : CHIEFS  
  • N.-Angleterre à Houston (20 h 20) : PATRIOTS   

Lundi : mon choix   

  • Minnesota à Seattle (20 h 15) : SEAHAWKS   

Résultats   

  • La semaine dernière : 11 en 14 (78,5 %)  
  • Total cette saison : 106 en 176 (60,2 %)  

LES CHOIX DU JOURNAL

Titans du Tennessee (6-5) vs Colts d’Indianapolis (6-5)

ENJEU IMPORTANT

Les deux rivaux tenteront de rester tout près des Texans, au sommet dans la division Sud. Les Titans miseront assurément sur Derrick Henry, qui, à chaque année, explose à ce stade de la saison, comme en font foi ses 1493 verges et 16 touchés depuis 2017 à compter du 10 novembre. Mais les Colts n’ont pas accordé 100 verges au sol à leurs quatre derniers matchs. Les Colts sont la bête noire des Titans avec 14 victoires à leurs 16 derniers duels, mais manqueNT de munitions offensives. Tennessee par 3

Jets de New York (4-7) vs Bengals de Cincinnati (0-11)

DALTON LE REVENANT

Le quart-arrière des Bengals, Andy Dalton, reprend du service après l’expérience décevante de Ryan Finley. Saura-t-il donner vie aux Bengals? L’attaque fonctionnera mieux, mais sauf avis contraire, Dalton ne peut raviver une défensive qui se fait piller autant par la passe que par la course. Chez les Jets, Sam Darnold a progressé à ses quatre derniers matchs et Le’Veon Bell devrait obtenir plus de quatre verges par portée pour la deuxième fois seulement cette saison. New York par 7 

Redskins de Washington (2-9) vs Panthers de la Caroline (5-6)

PAS DEUX DE SUITE

Les Redskins en colleront-ils deux de suite? Non! On pourrait s’arrêter là, mais puisque vous cherchez à savoir pourquoi, allons-y. Dwayne Haskins, malgré sa première victoire, continue d’éprouver des ennuis de précision. Et les Panthers, auteurs de 41 sacs déjà, bourdonneront autour de lui. Et les Panthers, armés du dangereux Christian McCaffrey, s’attaqueront à la défensive qui a cédé le dixième plus haut total de verges par la passe aux porteurs adverses. Et les Panthers... bon, ça suffit! Caroline par 14

49ers de San Francisco (10-1) vs Ravens de Baltimore (9-2)

AVANT-GOÛT DU SUPER BOWL?

Ce duel oppose les deux clubs de l’heure, qui viennent de massacrer des rivaux de qualité. Les 49ers misent sur leur monstrueuse ligne défensive et leurs secondeurs athlétiques pour freiner les élans incomparables de Lamar Jackson. Sauf qu’ils ont éprouvé des ennuis cette saison contre les quarts-arrières mobiles comme Russell Wilson et Kyler Murray. La seule façon de laisser Jackson sur le banc est de courir à outrance et de contrôler l’horloge. Mais les Ravens ont donné 13,2 points en moyenne à leurs six derniers matchs. Baltimore par 3

Buccaneers de Tampa Bay (4-7) vs Jaguars de Jacksonville (4-7)

LE MANOIR DE RONALD

Il est rare que l’on se permette une recommandation de pool dans ces pages, mais l’occasion se prête bien. Le stade des Jaguars risque de devenir le manoir de Ronald Jones. Le porteur des Bucs a pris un peu de pic à sa deuxième saison et les Jaguars ont concédé au moins 200 verges au sol à leurs trois derniers matchs. Ils sont maintenant derniers avec une moyenne de 5,4 verges par course contre eux. C’est d’ailleurs la meilleure façon de se protéger d’un front défensif qui attaque les quarts-arrières. Tampa Bay par 2

Browns de Cleveland (5-6) vs Steelers de Pittsburgh (6-5)

ODEUR DE REVANCHE

Les incidents du dernier match entre les deux rivaux de division laissent présager d’une forte odeur de rivalité dans l’air. Les Steelers, qui se tournent vers le quart-arrière recrue Devlin Hodges, joueront certainement avec la rage au cœur à la suite des escarmouches du dernier rendez-vous. L’attaque des Browns joue mieux dernièrement, mais affronte cette fois une défensive sérieuse, qui carbure à la pression et aux revirements. Hodges demeure un point d’interrogation, mais Rudolph était au neutre. Pittsburgh par 7

Packers de Green Bay (8-3) vs Giants de New York (2-9)

LE TEMPS DE REBONDIR

Pour les Packers, qui ont maintenant les Vikings qui leur soufflent dans le coup dans la division Nord, pas question d’échapper ce duel contre un rival en perdition. En effet, les Giants comptent déjà neuf défaites, ce qui leur garantit une sixième saison perdante en sept ans. Ils sont toujours aussi indigestes en défensive (27e), au point où la semaine dernière contre eux, le pauvre Mitchell Trubisky a eu l’air moyennement efficace. Imaginez maintenant Aaron Rodgers... Green Bay par 10

Eagles de Philadelphie (5-6) vs Dolphins de Miami (2-8)

PAS DROIT À L’ERREUR

Pour les Eagles, interdit de prendre les Dolphins à la légère. Ce duel face aux Dolphins pourrait s’avérer une occasion en or pour Carson Wentz de retrouver sa confiance. Les Dolphins ont en effet concédé 26 passes de touchés, le deuxième plus haut total dans le circuit. Par contre, leur défensive a créé six revirements à ses cinq derniers matchs, de là l’importance pour les Eagles de s’atteler à la tâche. Ça pourrait aussi être le match où le porteur recrue Miles Sanders se révèle au grand jour. Philadelphie par 13

Rams de Los Angeles (6-5) vs Cardinals de l’Arizona (3-7-1)

SENTIMENT D’URGENCE

Pour les Rams, s’il n’y a pas de sentiment d’urgence, il n’y en aura jamais. Ils viennent de se faire charcuter par un quart-arrière mobile en Lamar Jackson et voilà que Kyler Murray, un autre quart athlétique, les attend. Toutefois, Murray n’est pas la même menace au sol que Jackson et les Rams, malgré ce match difficile, ne concèdent que 3,7 verges par portée. Défensivement, les Cardinals sont les pires contre la passe (297,5 verges par match et 29 passes de touchés). Los Angeles par 4

Chargers de Los Angeles (4-7) vs Broncos de Denver (3-8)

CHARGE AU SOL

Philip Rivers a plombé les espoirs des Chargers avec sept interceptions à ses deux derniers matchs et le voilà contre la cinquième meilleure défensive contre la passe, l’une des rares forces chez les Broncos. Il faudra donc que les Chargers donnent le ballon à Melvin Gordon et Austin Ekeler pour l’emporter. Ils sont d’ailleurs 3-1 cette saison lorsqu’ils gagnent plus de 100 verges au sol, contrairement à 1-6 quand ce n’est pas le cas. Le ballon voyagera en train plutôt que par les airs. Los Angeles par 6

Raiders d’Oakland (6-5) vs Chiefs de Kansas City (7-4)

GROS CHOC DANS L’OUEST

Si les Chiefs l’emportent une deuxième fois contre les Raiders cette saison, la couronne dans la division Ouest sera pratiquement à eux. Les Raiders n’ont pas gagné depuis 2012 à Kansas City et pour changer la donne, ils devront courir à outrance contre une équipe qui alloue 5,1 verges par portée. Les Chiefs reviennent d’un congé qui aura bénéficié à plusieurs joueurs qui soignent des bobos, dont Patrick Mahomes. C’est la semaine où le quart-arrière redeviendra lui-même. Kansas City par 10

Patriots de la Nouvelle-Angleterre (10-1) vs Texans de Houston (7-4)

DÉFENSIVE SUFFOCANTE

Les Texans ont les armes pour lutter avec les Patriots, mais Deshaun Watson risque de devoir réussir trop de gros jeux par lui-même. Cette saison, à peu près aucun receveur n’a percé la muraille Stephon Gilmore. Le demi de coin ne laisse rien passer et même si DeAndre Hopkins s’avérera son plus redoutable adversaire à ce jour, il risque de le neutraliser. Les Patriots se cherchent toujours offensivement, mais avec le retour du bloqueur Isaiah Wynn, le jeu au sol reprend vie. Nouvelle-Angleterre par 5

Vikings du Minnesota (8-3) vs Seahawks de Seattle (9-2)

SOLIDE LUNDI SOIR

Les Seahawks ne sont plus aussi invincibles qu’ils l’ont déjà été à la maison, avec une fiche de 3-2 cette saison. Toutefois, c’est devenu un refrain connu, ils ne perdent jamais à heure de grande écoute sous les ordres de Pete Carroll. La grande question est de savoir s’ils pourront freiner le jeu au sol et Dalvin Cook. S’ils y parviennent, Kirk Cousins pourrait vite se perdre. Défensivement, les Vikings ont chuté au 20e rang contre la passe cette saison et Russell Wilson brisera leur couverture en improvisant hors de sa pochette. Seattle par 8