/opinion/columnists
Navigation

PLQ: 10% des francophones

Periode des questions
Photo Simon Clark Pierre Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Comment le PLQ peut-il se connecter avec les francophones ? Après un an dans l’opposition avec un chef intérimaire, avec deux candidats seulement à la chefferie qui disent appuyer la loi sur la laïcité, mais qui s’inclineront par contre devant les tribunaux qui décideront de sa constitutionnalité, l’avenir est derrière eux. 

Quelques observateurs, comme le politologue Christian Dufour et l’ex-ministre libéral et professeur de droit constitutionnel Benoît Pelletier, lancent un cri d’alarme.

Francois Legault
Photo Simon Clark
Francois Legault

Dans un des deux textes publiés cette semaine dans La Presse, Christian Dufour écrit « qu’il serait tragique que la fidélité première du parti [...] aille désormais plus au Canada qu’au Québec ». Quant à Benoît Pelletier, il écrit : « En se rapprochant du dossier identitaire, le PLQ ne ferait que se rapprocher du Québec et des Québécois eux-mêmes ». Le moins qu’on puisse dire est que ce rapprochement semble problématique et frileux pour le PLQ.

Multiculturalisme

Car les libéraux ont perdu peu à peu ce qui les a portés depuis des décennies, à savoir leur nationalisme non souverainiste que leur dernier chef, Philippe Couillard, a renié au profit du multiculturalisme canadien. Cela à la satisfaction des anglophones et d’une grande partie des allophones allergiques à la CAQ.

Gabriel Nadeau Dubois
Photo Simon Clark
Gabriel Nadeau Dubois

Car mine de rien, l’ex-souverainiste déçu François Legault a réussi, grâce à son pragmatisme et à sa connaissance intime, viscérale même des Québécois francophones, à recueillir l’appui de nombre de péquistes et de libéraux nationalistes, orphelins dans le parti de Couillard. Sa victoire et sa popularité en témoignent toujours.

La majorité inquiète de son identité adhère au concept de société distincte. Elle croit aussi qu’elle forme une nation. Et désormais, la laïcité est devenue indissociable de son identité.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Comment le PLQ, qui a abandonné ces réalités, peut-il les redécouvrir ? Qui peut croire en une reconversion libérale sincère, alors que les libéraux ne jurent que par la primauté des droits individuels et écartent toute velléité de droits collectifs ? Sans le français, l’affirmation nationale et désormais la laïcité, le Québec serait une province comme les autres.

Insultes

Par ailleurs, il n’y a que des idiots heureux pour croire à la conversion de Québec solidaire transformé au cours d’un week-end en indépendantistes exaltés. Sachons que Québec solidaire, avec son opposition à la loi 21, est l’allié objectif du PLQ. Les deux partis qualifient les francophones de racistes et d’islamophobes dès que l’occasion se présente.

Pascal Berube
Photo Simon Clark
Pascal Berube

Le Québec politique aujourd’hui se compose, donc, d’un PQ à l’histoire douloureuse, dont les militants, courageux certes, demeurent accablés par les échecs passés. Ils ne rêvent plus au grand soir. C’est un parti triste, qui ne peut attirer des gens fringants et rêveurs. Québec solidaire, lui, se révèle une caricature gauchiste avec ses promesses d’armée et d’annonces de gestes illégaux envers Ottawa. Quant au PLQ, peut-il à la fois servir son électorat anglophone et allophone dont il est prisonnier et revendiquer un nationalisme vidé de son sens, mais qui laisserait les francophones sceptiques ? 

Malgré ses couacs récents, la CAQ demeure, hélas, le seul parti capable de veiller aujourd’hui à ce que le Québec ne perde pas son identité.