/finance/business
Navigation

Les PME réclament une baisse d’impôt

Coup d'oeil sur cet article

«On peut faire mieux, au Québec, pour aider nos petits entrepreneurs», lance François Vincent, qui sera nommé cette semaine vice-président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), une organisation représentant 24 000 PME au Québec.  

Le nouveau défenseur des PME fera des réductions d’impôt son principal cheval de bataille. «Au Québec, on est la province qui taxe le plus les entreprises. Les taxes sur la masse salariale sont 56% plus élevées au Québec», s’indigne-t-il en entrevue.  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec François Vincent sur QUB radio :

De toutes les provinces, c’est au Québec où l’imposition sur le profit des PME est la plus élevée. Le taux avoisine les 8%. En Ontario, le taux d’imposition est nettement inférieur, à 3,5%.  

«Baisser les taxes, c’est devenu essentiel pour aider les entreprises à croître. Quand on leur demande ce qu’elles vont faire d’une baisse de taxes, elles nous disent qu’elles vont augmenter le salaire des employés et augmenter leur productivité.» 

Les PME «étouffées»  

Le fardeau fiscal des PME pourrait finir par nuire sévèrement à l’économie du Québec, si l’on croit un récent sondage mené par la FCEI.  

70% des PME québécoises envisagent de geler ou de réduire le salaire de leurs employés. Près de la moitié prévoient réduire leurs investissements et 38% songent même à faire des mises à pied pour améliorer leur profitabilité.  

François Vincent entend faire pression sur le gouvernement Legault. «On peut faire mieux pour aider le petit entrepreneur qui crée quatre ou cinq emplois à Trois-Rivières, au Saguenay, ou à Montréal. Les PME représentent 99% des entreprises au Québec. C’est notre tissu socio-économique», dit-il.  

Aider les PME permettra aussi de mieux préparer le Québec au ralentissement anticipé de l’économie mondiale, signale-t-il. «Dans la dernière crise économique, les PME sont les entreprises qui ont le moins licencié d’employés».  

François Vincent prendra la relève de Martine Hébert à la FCEI. Une annonce est prévue cette semaine. Mme Hébert, qui a passé neuf ans à défendre les intérêts des PME, a été nommée cet été déléguée du Québec à Chicago, en Illinois.