/finance/business
Navigation

Pierre Karl Péladeau invite le gouvernement à réévaluer son offre pour Groupe Capitales Médias

Pierre Karl Péladeau
Photo d'archives, MARIO BEAUREGARD Pierre Karl Péladeau

Coup d'oeil sur cet article

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a invité dimanche le premier ministre François Legault à cesser «d'intimider» Desjardins dans le dossier du sauvetage des quotidiens de Groupe Capitales Médias (GCM) et à reconsidérer l’offre de Québecor. 

«Le premier ministre du Québec et son ministre de l’Économie et de l’Innovation [...] se sont récemment lancés dans une opération de tordage de bras et d’intimidation envers Desjardins en les menaçant de revoir les crédits d’impôt auxquels Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) a droit», a écrit M. Péladeau dans un long message publié sur son compte Facebook, dimanche. 

Rappelons que, la semaine dernière, le ministre de l'Économie Pierre Fitzgibbon a laissé entendre qu'il existait une apparence de conflit d'intérêts dans la décision de Desjardins de ne pas investir dans le modèle coopératif préconisé pour sauver les six quotidiens de GCM, puisque la présidente du conseil d’administration de Groupe TVA et vice-présidente du conseil de Québecor, Sylvie Lalande, est également président du conseil d’administration de CRCD. 

M. Legault avait aussi évoqué une éventuelle révision du crédit d'impôt consenti par Québec à CRCD dans la foulée de son refus d’aider à financer le projet. 

«L’intimidation pratiquée cette semaine envers Desjardins par François Legault milite en faveur du fait d’une position autoritaire de ce dernier envers les rédactions», a jugé M. Péladeau dimanche, en appelant le premier ministre à revoir sa position, mais aussi à reconsidérer l'offre qu'avait déposée Québecor pour acquérir Le Soleil de Québec, Le Droit d’Ottawa/Gatineau, Le Quotidien de Saguenay, La Tribune de Sherbrooke, Le Nouvelliste de Trois-Rivières et La Voix de l'Est de Granby. 

Selon le PDG de Québecor, la consolidation de la presse est la seule avenue pour assurer sa pérennité. Selon lui, l'environnement de son entreprise permettrait de générer 18 M$ en économies pour les quotidiens de GCM, notamment en coupant sur les coûts d'impression, le réseau de distribution et les infrastructures. 

«Ainsi, Québecor ferait de cette activité un projet rentable plutôt qu’un canard boiteux nécessitant l’argent des contribuables que François Legault aura décidé de faire financer par l’ensemble des contribuables», a assuré M. Péladeau. 

Rappelons que Desjardins a annoncé vendredi qu’il allait réexaminer le plan de relance de GCM. Une rencontre est notamment prévue, lundi, entre des représentants de Capital régional et coopératif Desjardins et de Groupe Capitales Médias. Desjardins pourrait donner une réponse d’ici quelques semaines.