/sports/opinion/columnists
Navigation

David Lemieux... version 2.0

Boxe EOTTM
Photo Chantal Poirier David Lemieux est prêt pour son combat de samedi soir au Centre Bell.

Coup d'oeil sur cet article

Pas croyable que David Lemieux soit à quatre jours et demi d’un combat. L’ancien champion du monde a compris les leçons que son corps lui a données. On l’a rarement vu aussi mince et musclé à presque une semaine d’un rendez-vous. Cette fois, il ne sera pas obligé de se martyriser pour grimper sur le pèse-personne au bon poids.

D’abord, parce qu’il va se battre pour la première fois de sa carrière chez les super-moyens à 168 livres...

Et ensuite parce qu’avec l’allure qu’il affichait hier au Casino, on n’aurait pas été surpris de le voir descendre à 160 livres.

Mais ce combat chez les super-moyens est une bénédiction pour son corps de vétéran professionnel. Il a pris le temps de récupérer et d’apprendre à mieux se nourrir. Faut dire que partager la table familiale avec une olympienne comme Jennifer Abel doit aider à comprendre les principes. 

Il a aussi pris le temps de soigner et guérir les nombreuses blessures qu’il traînait depuis des années. Les épaules, les mains, les genoux. On ne peut pas avoir idée de ce qu’est

le corps d’un boxeur comme David Lemieux quand il arrive à 30 ans. 

OUI À CANELO

Donc, le beau David se sent bien à 168 livres. Et pour Marc Ramsay, cette décision de se battre chez les super-moyens est la meilleure... et la seule qu’il fallait prendre. Marc a détesté travailler pendant des mois avec David Lemieux pour voir tout ce travail anéanti avant même de monter sur le pèse-personne.

Il a déclaré et l’a répété hier à certains confrères que c’est à 168 livres qu’il voit la suite des choses. Si évidemment la bataille contre l’Ukrainien Max Bursak tourne pour le mieux. 

Mais on a vu Lucian Bute tenter à deux reprises de grimper chez les mi-lourds. Les deux fois, il ne pouvait rivaliser en puissance avec Jean Pascal et Eleider Alvarez. Faut juste espérer que Bursak ne soit pas dans la même classe que les deux autres Québécois et surtout que Lemieux soit le vainqueur. 

Mais j’ai posé la question à Lemieux :

- Et si t’avais une offre d’affronter Canelo Alvarez à 160 livres ? 

« J’accepterais sans problème. Je sais maintenant comment m’y

prendre », de répondre Lemieux.

10 MILLIONS, ÇA MOTIVE

Évidemment qu’on n’est pas là. Faut d’abord battre Max Bursak, ce qui n’est pas encore fait. Et il va falloir que Canelo Alvarez arrête d’avoir des pensées suicidaires en pensant affronter Artur Beterbiev. C’est Andre Ward qui a le mieux résumé la situation.

« Artur Beterbiev est plus fort, plus rapide et plus puissant que Gennady Golovkin. Sergei Kovalev était un défi réalisable. Mais Artur Beterbiev, que Canelo oublie ça. »

Il se pourrait qu’en 2020, David Lemieux devienne une alternative intéressante pour Canelo. Même Camille Estephan, qui a été le premier à pousser Lemieux vers les 168 livres, change de ton quand on parle de Canelo Alvarez.

« David toucherait dans les huit chiffres. Vous savez, 10 millions, ça motive une équipe », de dire Estephan.

Et parlant d’équipe, on sait que Marc Ramsay est payé au pourcentage quand il prépare un boxeur. C’est pour cela qu’il faut tant admirer ces grands entraîneurs qui consacrent leur temps à préparer des jeunes en début de carrière. 

Mais un pourcentage de 10 millions, ça motive son homme. Et puis Ramsay est incapable de résister à un grand défi.

C’est pas de sa faute, les champions sont ainsi faits.

UN GALA EXPLOSIF

Le gala du 7 décembre est ce que j’ai vu de mieux depuis quelques années. C’est fou raide. Et Camille Estephan a monté cette soirée de boxe sans l’apport de la télé américaine pour payer les cachets des finalistes. La seule télé disponible sera PunchingGrace, le réseau d’EOTTM.  

Bonne nouvelle pour Eye of The Tiger, le gala est pratiquement présenté à guichets fermés au moment où vous lisez ces lignes. Il reste des billets, mais la configuration du Centre Bell à environ 5000 sièges limite l’offre.

Simon Kean et Arslanbek Makhmudov ont de sérieux adversaires en Siarhei Liakhovich et Samuel Peter. Personnellement, je pense que Simon Kean est celui des deux qui est le plus en danger. 

Mais avant, ça n’arrête pas.

Sadriddin Akhmedov, Lexson Mathieu, Kim Clavel et trois autres combats seront présentés.

Lexson Mathieu est le chouchou des Québécois avec ses allures de Muhammad Ali. Mais le mien, c’est Sadriddin...

On va y revenir cette semaine.

Guy Lafleur : sortie jeudi ou vendredi

Guy Lafleur vient de passer deux bonnes journées. Il reprend des forces et ses médecins estiment maintenant qu’il pourrait sortir de l’hôpital jeudi ou vendredi.

Guy Lafleur reprend des forces.
Photo d'archives, Chantal Poirier
Guy Lafleur reprend des forces.

Ses médecins l’ont rassuré. Même s’il a subi l’ablation d’un des trois lobes de son poumon droit, Lafleur pourra mener une vie normale si les biopsies de ses ganglions ne montrent pas de métastases. 

Une source m’a expliqué que Lafleur avait été rassuré :

« Même si on lui avait enlevé la moitié du poumon, monsieur Lafleur aurait pu reprendre ses activités. »

Par ailleurs, différentes rumeurs circulaient hier dans les milieux du sport voulant que d’autres mauvaises nouvelles pesaient sur le légendaire joueur du Canadien. Selon cette source, ce n’est pas le cas.

« Le cancer a été pris très tôt. Et le seul fait qu’on ait pu opérer Lafleur est une très bonne nouvelle en soi. On attend le résultat de la biopsie des ganglions. Sinon, il n’y a rien de menaçant à l’horizon », de confier un informateur.

Par ailleurs, les anciens joueurs du Canadien ont fait connaître leur soutien à leur coéquipier pour certains ou à leur idole pour les plus jeunes. Réjean Houle, président des Anciens Canadiens, a été très occupé.