/finance/business
Navigation

Le grand ménage à la BMO

La banque compte éliminer plus de 2200 postes au cours des prochains mois

Bloc BMO Banque de Montréal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Banque de Montréal (BMO) prévoit éliminer 5 % de ses travailleurs au cours des prochains mois. Ce qui devrait se traduire par l’abolition de 2275 postes.

La BMO, l’une des premières grandes banques canadiennes, a fait connaître un plan significatif de licenciement de ses travailleurs.

La Banque de Montréal dit avoir comptabilisé une charge spéciale de restructuration de 484 millions de dollars au dernier trimestre en vue d’un grand ménage (indemnités de départ) au sein de ses troupes.

Darryl White.
PDG de la Banque 
de Montréal
Photo courtoisie
Darryl White. PDG de la Banque de Montréal

« C’est une décision importante », a fait savoir le PDG de la Banque de Montréal, Darryl White, lors d’une conférence téléphonique mardi avec les analystes.

Environ 1500 au Canada

À la fin octobre, la BMO comptait plus de 45 513 employés dans ses bureaux au Canada et aux États-Unis. Une réduction de ses effectifs de 5 % s’élèverait à une compression de 2275 postes.

Cette importante restructuration pourrait ainsi toucher 1500 travailleurs de la BMO au Canada et 675 aux États-Unis.

La BMO croit que ces coûts de restructuration permettront des économies annuelles de 200 millions de dollars en 2020 et de 375 millions de dollars d’ici le premier trimestre de 2021.

« Je m’attendrais à ce que les économies dont nous avons parlé se répercutent sur chacune de nos activités de manière assez représentative », a fait valoir le directeur financier de la BMO, Tom Flynn.

Hausse des profits annuels

Malgré cette importante charge de restructuration, la Banque de Montréal a affiché des profits nets en hausse de 6 %, à 5,758 milliards  de dollars, au cours de l’année 2019. Durant cette période, les revenus de la BMO ont avancé de 6 %, à 22,7 milliards de dollars.

Au cours des 12 derniers mois, la BMO a inscrit une dotation à la provision pour pertes sur créances de 872 millions de dollars comparativement à 662 millions de dollars pour l'exercice précédent, dont une provision pour pertes sur créances liée aux prêts productifs de 121 millions de dollars.

Au quatrième trimestre, les bénéfices de la banque ont notamment été plombés de 30 %, à 1,194 milliard de dollars.

BMO Groupe financier a par ailleurs annoncé un dividende de 1,06 $ par action ordinaire pour le premier trimestre de 2020, soit 3 cents par action, ou 3 % de plus qu’au trimestre précédent et 6 % de plus qu’il y a un an.

À la Bourse de Toronto, le titre de la BMO s’échangeait mardi en début d’après-midi à 98,57 $, en baisse de 2,14 $ (-2,12 %).