/sports/opinion/columnists
Navigation

La tempête parfaite

HKO-SPO-OTTAWA-SENATORS-V-MONTREAL-CANADIENS
Photo d'archives, AFP Carey Price n’a plus le choix, il doit voler des matchs.

Coup d'oeil sur cet article

Le Canadien connaît sa pire séquence depuis la saison 2002-03, alors que j’étais leur gardien numéro un. Je vous confesse que ce n’était pas facile à vivre, mais je crois que la situation est pire, aujourd’hui, car tous les éléments sont réunis pour la tempête parfaite, la combinaison pour un désastre.  

• À lire aussi: Il faut échanger Price et Weber

• À lire aussi: Keith Kinkaid sacrifié, le CH rappelle le gardien Cayden Primeau

Une léthargie n’est jamais due à un seul facteur et les éléments qui ont mené à la situation actuelle sont faciles à identifier. Les blessures, la perte de confiance, quelques joueurs incapables de répéter leur meilleure saison en carrière, un gardien et joueur de concession qui n’est pas à son meilleur, un gardien auxiliaire incapable d’aider l’équipe, des erreurs d’évaluation, des joueurs de troisième et quatrième trio qui se prennent pour des marqueurs, une défensive fragile et des renforts qui n’arrivent pas.   

Toutefois, la grande différence avec notre équipe de 2002-03, c’est que nous avions débuté la saison du mauvais pied, de sorte que les attentes n’ont jamais été très grandes. Par contre, l’édition actuelle a créé des espoirs. Malheureusement, tout s’est effondré en l’espace de deux semaines. Ça fait mal.   

Tous les éléments sont réunis pour la tempête parfaite et ce sera difficile d’y résister. J’ai bien peur que le Canadien rate les séries éliminatoires pour une quatrième fois en cinq ans. J’ai toujours dit que le mois de novembre était un mois révélateur, tant sur le plan individuel que collectif. C’est là qu’on sépare les hommes des enfants, malgré quelques exceptions comme les Blues de St. Louis de l’an dernier.   

Un pont entre Molson et Bergevin  

Reste à savoir si la tempête parfaite emportera Marc Bergevin, Trevor Timmins et peut-être Claude Julien. Toutefois, je crois fermement que dans le hockey d’aujourd’hui, ça prend un intermédiaire entre le propriétaire et le directeur général, un homme de hockey respecté qui pourrait conseiller Marc Bergevin et donner un avis objectif à Geoff Molson, un peu comme Brendan Shanahan à Toronto ou Wayne Gretzky à Edmonton.   

La grande question est de savoir quel virage il faut prendre. On a beau avoir de jeunes espoirs, rien n’est garanti pour le futur.   

Voler des matchs  

Pour l’instant, chaque joueur devra contribuer et il faudra s’en remettre au capitaine et surtout à Price. Le seul joueur qui peut voler des matchs à lui seul est le gardien de but, mais Price a peu de vols à son actif jusqu’à présent. Il doit voler au moins une victoire à tous les sept matchs.   

C’est pour ça qu’il est payé 10 millions par saison, mais je comprends ce qu’il vit. Il est affecté. Je n’étais pas dans ma meilleure forme non plus en 2002-03 après avoir gagné les trophées Hart et Vézina. Je venais de signer le plus gros contrat de l’histoire du Canadien à 5,5 millions par saison. Je me mettais beaucoup de pression et je voulais m’en sortir, mais quand une équipe manque de confiance, c’est contagieux. Tu connais un bon match, puis rendu en troisième période, tu mènes par un ou deux buts et tu te demandes quelle nouvelle façon de perdre on va inventer.   

Souvent, le gardien connaît ses meilleures performances dans des causes perdantes et inversement, lorsque l’équipe joue bien, c’est le gardien qui cafouille. Je plaide coupable pour quelques défaites survenues en 2002-03.   

Un des problèmes, c’est que les matchs se succèdent rapidement pour un gardien. Tu voudrais travailler fort à l’entraînement pour corriger certaines choses et tu manques de temps. Tu sais que c’est à toi de voler des matchs et la pression grimpe après chaque défaite. Mon entraîneur, Roland Melanson, me défiait à l’occasion et il disait : « Ce soir, José, tu dois voler le match ».   

Price sait ce qu’il lui reste à faire.   

 -Propos recueillis par Gilles Moffet  

Entrefilets   

La blessure de Jonathan Drouin Un autre point qui fait très mal et fait partie de la tempête parfaite est la blessure de Jonathan Drouin. Il était le joueur le plus utile en début de saison et il avait une nouvelle énergie autour de lui. C’était franchement excitant de le voir aller. On attendait un héros québécois depuis longtemps au Centre Bell et il avait créé une étincelle. Malheureusement, le Canadien risque d’être sorti de la course aux séries lors de son retour au jeu en janvier.   

  

L’erreur Kinkaid  

Keith Kinkaid n’a pas fait le boulot comme gardien auxiliaire, et ce fut une grave erreur d’évaluation de la part de Marc Bergevin et de ses conseillers. Pourtant, le besoin d’avoir un gardien numéro deux de qualité est criant de nos jours. Après l’échec Niemi, pourquoi ne pas avoir investi 2 millions pour un gardien auxiliaire de qualité ? Regardez ce que fait Jaroslav Halak chez les Bruins. Je ne suis pas surpris de voir Kinkaid au ballottage et j’ai bien hâte de voir le jeune Cayden Primeau. C’est un peu tôt dans sa carrière, mais il est plus talentueux que Lindgren.   

  

Le canon de David Pastrnak  

Quel tir que celui de David Pastrnak sur le premier but des Bruins, dimanche soir ! Puissant et juste à l’intérieur du poteau. On comprend pourquoi il a 25 buts en 27 matchs. Habituellement, Carey Price ne s’avance pas aussi loin pour affronter un tir de cet endroit, mais ça démontre tout le respect que Pastrnak reçoit de la part des gardiens.   

  

Condoléances  

J’offre toutes mes condoléances à Marc-André Fleury suite au décès de son père. Mon ancien partenaire en Floride, Jacob Markstrom, a aussi perdu son père dernièrement et c’était touchant de voir Matt Murray, des Penguins, aller lui offrir ses condoléances pendant la période de réchauffement. Il y a encore beaucoup de respect entre joueurs de hockey. Après que j’ai perdu mon fils, plusieurs joueurs que je ne connaissais même pas faisaient un détour pour m’encourager. 

À VOIR AUSSI