/news/provincial
Navigation

L'opposition menace de boycotter le comité plénier sur le tramway de Québec

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

L'opposition de Québec 21 a annoncé qu'elle ne participera pas à la «mascarade» du comité plénier de mercredi sur le réseau structurant si le responsable du projet n'est pas présent.  

• À lire aussi: Le maire Régis Labeaume demandera lui-même un BAPE pour le tramway de Québec 

• À lire aussi: Tramway de Québec: des gains de temps et un réseau routier chamboulé   

«On lance un avertissement. Je vais le prendre comme une blague que le maire a voulu faire tantôt en disant que seulement le DG de la Ville serait là pour répondre à nos questions. Je lance un avertissement très clair au maire : si M. (Daniel) Genest n'est pas présent demain pour répondre à nos questions très importantes et pertinentes, nous n'allons pas participer à sa mascarade.»   

C'est ce qu'a lancé le chef de l'opposition, Jean-François Gosselin, mardi. Il refuse d'entendre uniquement le directeur général de la Ville, Luc Monty, qui est celui qui se présentera mercredi devant les élus en comité plénier. Pour M. Gosselin et son équipe, seul le directeur de projet du réseau structurant de transport en commun (RSTC) est en mesure de répondre aux questions «techniques» sur le projet.   

«C'est la plus grosse fiche de l'histoire de la Ville de Québec. C'est presque 1,9 milliard $.» Pour cette raison, Québec 21 boycottera la séance de mercredi si elle n'obtient pas que Daniel Genest soit présent.   

La résolution de M. Gosselin n'est pas atténuée par la possibilité de se faire reprocher de s'exclure de la discussion, lui qui exige depuis des mois de pouvoir questionner les fonctionnaires sur le projet. Il estime que les échanges en comité plénier sont limités en raison de l'intervention des élus d'Équipe Labeaume. «Le maire intervient à certaines occasions pour dire aux fonctionnaires de ne pas répondre à nos questions», déplore-t-il.   

La séance du comité plénier est prévue pour mercredi à 13h30. 

Travail «paresseux» 

Mardi, le maire, Régis Labeaume, a haussé les épaules devant la menace de l'opposition. «On les regarde aller depuis une semaine. Leur travail est paresseux. S'ils veulent prendre congé demain, il n'y a pas de problème.» Il estime que les questions de l'opposition ont reçu des réponses au cours des derniers jours. «Ils n'écoutent pas. (...) Ils répètent toujours la même affaire. La droite conservatrice est faite de même.» 

Il explique que le directeur général est la personne la plus apte à répondre aux questions sur le budget du RSTC puisqu'il est le responsable des aspects financiers du projet. L'opposition aura tout le loisir de poser les questions sur le réseau la semaine suivante, lors d'un comité plénier qui traitera de l'aspect environnemental du tramway, dit M. Labeaume.