/entertainment/tv
Navigation

Normand D’Amour, heureux de jouer un «bon gars»

Normand D’Amour, heureux de jouer un «bon gars»
Photo Agence QMI, Steve Madden

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – C’est sans trop de difficulté que Normand D’Amour a fait ses adieux à l’immonde Jean-Luc De Vries qu’il incarnait depuis cinq ans dans «Ruptures», un personnage qui était, admet-il, «assez dégueulasse».

Qui plus est, l’acteur se réjouit, car on le retrouvera bientôt dans la peau d’un homme beaucoup plus sympathique dans «En tout cas», à TVA, où il personnifiera cet hiver l’ex de Danielle (Guylaine Tremblay) et papa de Chloé (Anne-Élisabeth Bossé) et Fred (Mickaël Gouin), qui reviendra dans leur vie après 20 ans d’absence.

«Je suis très content, parce que, pendant que je finissais de tourner "Ruptures", j’embarquais sur "En tout cas", où je joue un gars tellement merveilleux! C’est quelqu’un qui a réglé ses problèmes dans la vie. Il se fait "rentrer dedans" par Danielle, et il lui répond qu’il la comprend, il admet ses torts... Enfin, je joue un "bon Jack"! C’est rafraîchissant!», a lancé Normand D’Amour en riant, au visionnement de la fiction jeunesse «Le 422», de Télé-Québec, mardi matin.

Ce dernier est en outre fier du succès du Randolph Pub Ludique, son bar à jeux de société, qui compte déjà deux adresses et une boutique à Montréal, de même que des franchises à Laval et Repentigny. D’autres succursales pourraient aussi voir le jour bientôt.

«C’est en expansion, c’est fou, a glissé l’homme d’affaires. Ça va même plus vite que ce qu’on pourrait gérer. On est rendus avec 130 employés. J’ai gagné à la loto!»