/news/politics
Navigation

Legault va prendre «les moyens qui sont nécessaires pour que la loi sur la laïcité soit appliquée»

Coup d'oeil sur cet article

François Legault va prendre « les moyens qui sont nécessaires » pour que la loi sur la laïcité soit appliquée même s’il reçoit un jugement défavorable de la Cour d’appel. Il dit par ailleurs comprendre les Québécois « préoccupés » par les propos de la juge Nicole Duval Hesler.

« On va laisser le juridique rendre son jugement et, après, on va prendre les moyens qui sont nécessaires pour que la loi 21 soit appliquée », a dit le premier ministre mardi.

La juge en chef Nicole Duval Hesler doit rendre prochainement sa décision sur la possibilité de suspendre la loi 21 le temps de juger de sa constitutionnalité. Elle est toutefois critiquée pour des propos qu’elle a tenus lors de l’audition du 26 novembre dernier.

« Allergies visuelles »

« Qui souffre davantage : les allergies visuelles de certains ou le fait que des enseignantes perdent la possibilité de s’engager dans une profession qu’elles ont choisie ? » a demandé la juge Duval Hesler à la partie gouvernementale.

Elle a également affirmé faussement que « c’est le législateur qui vise spécifiquement les femmes voilées. C’est écrit en toutes lettres ». Elle a été critiquée par plusieurs avocats et constitutionnalistes. L’affaire a été lancée par une plainte de l’historien Frédéric Bastien.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le premier ministre François Legault dit comprendre les Québécois qui sont « préoccupés » par les propos de la juge en chef Nicole Duval Hesler.

« Comme tous les Québécois, je vois qu’il y en a certains qui sont préoccupés et je comprends pourquoi », a lancé M. Legault mardi.

<b>Nicole Duval Hesler</b><br />
Juge en chef
Photo d'archives, Simon Clark
Nicole Duval Hesler
Juge en chef

Apparence d’impartialité

M. Legault a tenté de jouer à l’équilibriste. « C’est sûr que garder la confiance du public, ça prend une impartialité et une apparence d’impartialité », a-t-il dit.

« Je dois être prudent, il y a une séparation des pouvoirs avec le juridique [...] Je ne peux malheureusement pas vous donner mon avis, car je fais partie de l’exécutif et du législatif », a-t-il ajouté.

La Loi sur la laïcité de l’État interdit le port de signes religieux pour les policiers, les gardiens de prison, les juges et les enseignants. Sitôt adoptée, elle a été contestée.

La Cour d’appel se penche présentement sur la possibilité de suspendre ou non la loi, le temps de résoudre le débat de fond sur la constitutionnalité de celle-ci. 

À VOIR ÉGALEMENT...