/entertainment/shows
Navigation

[PHOTOS] AXEL: rencontre avec un jongleur rebelle

Le Rimouskois Alexis Bernatchez est la nouvelle recrue du Cirque du Soleil dans le spectacle AXEL

Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.
Photo Stevens Leblanc Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans après avoir obtenu son diplôme de l’École de cirque de Québec, le Rimouskois Alexis Bernatchez est la nouvelle recrue du Cirque du Soleil. Le spécialiste du diabolo sur patins entre par la grande porte en incarnant un personnage dans AXEL, nouveau spectacle sur glace présenté dès la semaine prochaine au Centre Vidéotron.  

Alexis Bernatchez a commencé à jongler par plaisir à l’adolescence. À 19 ans, il quittait le Bas-du-Fleuve pour faire les auditions de l’école de cirque, après avoir pensé devenir ingénieur. Avec son esprit un peu rebelle, il a rapidement constaté qu’il n’était pas fait pour travailler dans un cadre.  

Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.
Photo Stevens Leblanc

«Je voulais sortir du moule, a-t-il raconté lundi, alors qu’il découvrait l’amphithéâtre pour la première fois. Je me suis rendu compte que c’est comme ça partout: tu fais un métier, c’est carré, tu suis les normes. J’avais commencé à jongler au secondaire. Finalement, je n’ai jamais arrêté.»  

Avec ses numéros de diabolo sur patins à roues alignées, Alexis Bernatchez cumule les contrats ici et là depuis trois ans. «Mais le plus gros contrat que tu peux avoir, c’est avec le Cirque du Soleil», se réjouit l’acrobate de 25 ans.  

L’acrobate a donné ses premiers coups de patin au Centre Vidéotron lundi. Il a croisé deux joueurs des Remparts, Félix Bibeau et Nicolas Savoie, à qui il a tenté d’enseigner le diabolo, le temps d’une photo. 
Photo Stevens Leblanc
L’acrobate a donné ses premiers coups de patin au Centre Vidéotron lundi. Il a croisé deux joueurs des Remparts, Félix Bibeau et Nicolas Savoie, à qui il a tenté d’enseigner le diabolo, le temps d’une photo. 

Un rôle pour lui  

Six Québécois sont parmi les 41 artistes et acrobates d’AXEL, mais il est le seul, avec sa partenaire Caroline Bernier-Dionne, marionnettiste originaire de Matane, à avoir son propre numéro dans le spectacle : les autres prennent part à des numéros collectifs.  

Il a la chance de s’éclater sous les traits de Qwartz, l’alter ego d’Axel, le personnage principal.  

Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.
Photo Stevens Leblanc

«C’est un personnage clownesque, comique, que je compare à un superhéros trop sûr de lui, qui fait tout le temps des niaiseries, qui ne se prend pas au sérieux. C’est vraiment un personnage qui me colle à la peau, surtout avec son côté showman. Disons que c’est moi, mais en exagéré!»  

Alexis Bernatchez travaille d’ailleurs depuis quatre mois à parfaire sa jonglerie sur des patins à lames, plutôt qu’à roulettes. Il a eu l’aide de patineurs de renom, explique-t-il, pour bien faire la transition.   

Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.
Photo Stevens Leblanc

Du jamais vu  

Deux ans après avoir conçu son premier spectacle sur glace, Crystal, le Cirque du Soleil promet, avec AXEL, une production encore plus spectaculaire.  

«Il y a beaucoup de pyrotechnies, d’effets spéciaux, révèle Alexis Bernatchez. Il y a des techniques de patinage qu’on n’a encore jamais vues. On a essayé de réinventer le spectacle sur glace, et ça marche.»  

Alexis Bernatchez a participé à la création de son personnage, Qwartz. Il a travaillé pendant plusieurs mois pour réussir à faire du diabolo sur patins à glace.
Photo Stevens Leblanc

Inutile de dire qu’il est fébrile de se produire pour la première fois au Centre Vidéotron, près de sa région, devant famille et amis.  

«J’essaie de ne pas voir ça trop gros, parce que peu importe le show, je me donne à 100 %. Mais je me dis que les gens vont peut-être m’applaudir plus fort qu’ailleurs!»   

AXEL est présenté au Centre Vidéotron du 12 au 15 décembre prochain.