/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Il y a trop d’hommes dans les films sur les hommes!

Coup d'oeil sur cet article

La prochaine fois que vous vous installez pour regarder un film, munissez-vous d’un chronomètre et d’une calculatrice. Ce sont les deux outils les plus importants maintenant pour apprécier un film. Quoi ? Vous n’êtes pas au courant ?

En 2019, il faut chronométrer le temps d’écran des femmes, compter leurs répliques et les comparer à ceux des hommes pour s’assurer que le film est politiquement correct. On exige la parité des mots !

Cette époque ne cessera jamais de me donner de l’urticaire.

LE COMBLE DU RIDICULE

La controverse du moment dans le monde du cinéma, c’est le fait que dans le dernier film de Martin Scorsese The Irishman (diffusé sur Netflix), le personnage féminin principal n’est à l’écran que dix minutes... et ne dit que sept mots.

Peggy Sheeran (interprétée par Anna Paquin) est la fille d’un tueur à gages à la solde de la mafia de Philadelphie (interprété par Robert De Niro).

Or, dans ce film-fleuve de 3 h 30, elle ne dit que : « Why ? Why ? Why haven’t you called Jo ? »

« Scandale ! Polémique ! Controverse ! Le patriarcat cherche à réduire les femmes au silence, elles sont sous-représentées, bla-bla-bla. »

Youhou, les amis, c’est un film sur la mafia (un monde d’hommes) dans les années 1950 et 1960 (une époque où les femmes étaient majoritairement mères au foyer). Le film est articulé autour de personnages qui ont vraiment existé, comme le chef syndical Jimmy Hoffa (et non, ce n’était pas une femme qui était à la tête des Teamsters).

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Je sais que tout aujourd’hui doit être décortiqué selon une grille d’analyse féministe. Mais je ne peux pas croire que l’on reproche à un réalisateur comme Scorsese de n’avoir donné que quelques lignes de dialogue à une femme. Il n’y a rien de sexiste là-dedans !

Quelle est la loi qui régit le monde de la mafia ? L’omertà ! La loi du silence. « Parle plus bas car l’on pourrait bien nous entendre », comme le disait la chanson. C’est pour cette raison que le personnage n’a qu’une ligne de dialogue : tout son rôle en est un de non-dit. Ça fait partie de l’intrigue du film. La fille de De Niro n’est pas une pipelette : elle est la fille d’un mafioso qui est payé pour tuer des gens qui dérangent !

Réduire la performance d’Anna Paquin au simple fait qu’elle ne dit que sept mots, c’est insultant pour cette jeune comédienne qu’on a découverte dans La leçon de piano (rôle qui lui a valu un Oscar alors qu’elle n’avait que 11 ans). Elle réussit à passer une tonne d’émotions dans un simple regard, dans un geste. Parfois, le silence parle plus fort que toutes les répliques !

ÉCRAN NOIR, NUITS BLANCHES

On en est rendu là : chaque fois qu’un film sort, il y a une controverse qui vient avec : « Il y a trop de X ! Il n’y a pas assez de Y ! Comment avez-vous pu montrer Z ! Cachez-moi donc ce W ! »

Ça calcule, ça chronomètre, ça mesure, ça soupèse.

Y’en a marre ! Peut-on s’il vous plaît revenir à la belle époque où on parlait... de cinéma ?

ÉDITO DE SOPHIE DUROCHER