/news/consumer
Navigation

Votre grille-pain plus cher?

La CAQ pourrait imposer des écofrais sur les petits appareils ménagers

Coup d'oeil sur cet article

Après une première tentative infructueuse, le gouvernement Legault revient à la charge pour évaluer l’imposition d’écofrais sur les petits appareils ménagers, comme les grille-pain ou les séchoirs à cheveux. 

Des frais de recyclage s’appliquent actuellement sur les téléviseurs, les ordinateurs, les cellulaires, la peinture et les piles.  

Le gouvernement caquiste songe à étendre le Règlement sur la récupération et la valorisation de produits par les entreprises aux appareils de cuisine, d’entretien ménager ou de soins personnels.  

Cafetières, fours micro-ondes, rasoirs électriques et aspirateurs sont au nombre des articles visés.  

  • Le chef de notre bureau parlementaire Rémi Nadeau en discute avec Benoît Dutrizac à QUB Radio :

Recyc-Québec a relancé pour la seconde fois un appel d’offres pour fournir un portrait de la mise en marché et la fin de vie des petits appareils ménagers.  

«L’intention gouvernementale de désigner de nouveaux produits a été réitérée lors du dépôt du Budget 2019-2020 du Québec», précise le document.  

Le premier appel d’offres n’a attiré aucun soumissionnaire, a-t-on précisé au cabinet du ministre Benoît Charrette. «Les résultats de l’étude alimenteront notre réflexion sur le sujet», s’est limité à commenter son porte-parole, Louis Julien Dufresne.  

Frigos 

Le ministre de l’Environnement a annoncé plus tôt cet automne que les fabricants de gros électroménagers polluants devront s’assurer de récupérer leurs produits.   

Québec a promis d’allonger 90 millions $ sur dix ans pour financer cette mesure qui permettra de récupérer les gaz réfrigérants et les mousses des frigos, congélateurs et climatiseurs, une mesure qui est toutefois dégressive.  

De cette façon, le contribuable évite de payer des écofrais d’environ 70 $ par réfrigérateur pour les premières années.  

Dans l’industrie du commerce de détail, on accueille froidement cette proposition de nouveaux écofrais sur les petits appareils ménagers.  

«Actuellement, il reste beaucoup de flou sur le projet d’écofrais sur les gros électroménagers, du flou autour du 90 millions $, du flou autour de la portée réelle voulue par le gouvernement. [Dans ce contexte], on n’est pas très chaud à l’idée d’ouvrir un nouveau chantier sur un écofrais pour un nouveau type d’appareils», plaide le directeur des relations gouvernementales du Conseil canadien du commerce de détail, Jean-François Belleau.  

Hausse du prix de vente 

Il se demande si les coûts de récupération ne seront pas supérieurs à la valeur des appareils.  

«Parle-t-on de 15 $ pour recycler un grille-pain qui en vaut 20 $ ? On ne le sait pas, insiste M. Belleau. C’est clair que ça va augmenter le prix de vente de ces appareils-là.»  

Selon lui, qu’on soit obligé de relancer l’appel d’offres démontre qu’il y a très peu de possibilités au Québec pour recycler ces produits.  

 «On se demande comment le gouvernement du Québec compte appliquer ces mesures-là aux géants du web comme Amazon ou eBay qui, actuellement, réussissent à se sauver du paiement de tous les écofrais, incluant ceux sur les [appareils] électroniques», renchérit-il.  

Quelques exemples 

Voici de petits appareils ménagers pour lesquels on veut évaluer la possibilité d’imposer des écofrais. 

Appareils servant à la cuisson ou la préparation d’aliment 

   

Appareils d’hygiène et de soins personnels 

   

Appareils servant au confort ou à l’entretien d’une pièce  

   

Outils et équipements de jardinage