/news/politics
Navigation

Bilan de fin de session: le PLQ se défend de faire de l’obstruction

Le chef intérimaire du PLQ Pierre Arcand, en compagnie de Marc Tanguay, Isabelle Melançon et Filomena Rotiroti
Photo Simon Clark Le chef intérimaire du PLQ Pierre Arcand, en compagnie de Marc Tanguay, Isabelle Melançon et Filomena Rotiroti

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral du Québec (PLQ) se défend de faire de l’obstruction dans les travaux parlementaires et pointe plutôt «l’entêtement» des ministres de la Coalition avenir Québec à ne pas écouter les avis contraires aux leurs. 

• À lire aussi: 43% plus long pour adopter une loi: le gouvernement Legault accuse le PLQ «d’obstruction systématique» 

À l’occasion du bilan de session de son parti, le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, a formulé un souhait pour le temps des Fêtes: «que [le gouvernement] écoute davantage ceux et celles qui ne pensent pas comme lui».  

«Le premier ministre [François Legault] martèle que trop de temps est dédié aux commissions parlementaires, une situation qui est souvent, en grande partie, due à l’entêtement de certains de ses ministres, qui refusent de démontrer de l’ouverture», a-t-il soutenu en point de presse à l'Assemblée nationale. 

Mercredi, François Legault a dénoncé «l’obstruction systématique» du PLQ dans les travaux des commissions parlementaires, après avoir affirmé qu’il n’excluait pas d’employer le bâillon pour faire adopter le projet de loi 34 sur les tarifs d’hydroélectricité. Selon la CAQ, le temps d’étude des projets de loi a bondi de 43% depuis que les libéraux sont dans l’opposition. 

Plus de détails suivront...

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.