/news/politics
Navigation

Plus cher de 560 millions de dollars

La facture d’électricité va grimper beaucoup plus vite après l’adoption de la loi 34

Le gouvernement caquiste aura recours au bâillon pour faire adopter, demain, son projet de loi sur la fixation des tarifs d’électricité. Dès le premier janvier, ils augmenteront aussi rapidement que l’inflation. Ci-haut, François Legault, au Salon bleu, mercredi.
Photo Simon Clark Le gouvernement caquiste aura recours au bâillon pour faire adopter, demain, son projet de loi sur la fixation des tarifs d’électricité. Dès le premier janvier, ils augmenteront aussi rapidement que l’inflation. Ci-haut, François Legault, au Salon bleu, mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Loin des économies promises, le nouveau mode de fixation des tarifs d’électricité imposé par le gouvernement Legault pourrait coûter jusqu’à 560 millions $ plus cher aux clients d’Hydro-Québec.

Sur le point d’être adopté sous bâillon demain, le projet de loi 34 sur les tarifs d’électricité est condamné par les partis d’opposition, les associations commerciales et industrielles et les groupes de défense des consommateurs.

Le projet de loi prévoit un gel de tarif pour 2020. On va également rembourser 500 millions de dollars en trop-perçus aux clients résidentiels, commerciaux et industriels, sur la première facture de l’année.

Mais la facture d’électricité coûtera plus cher à long terme, selon plusieurs analystes.

C’est que le projet de loi 34 retire à la Régie de l’énergie son pouvoir de fixation du prix de l’électricité. Celui-ci sera maintenant fixé à l’inflation. Or, les hausses accordées ces dernières années ont été inférieures à l’inflation.

Alors que depuis 10 ans la hausse accordée par la Régie a été de seulement 1,17 % annuellement, l’inflation moyenne a été de 1,51 % pendant la même période. Selon les projections du ministère des Finances, elle devrait être de 2,2 % en 2020, puis de 2 % les trois années suivantes.

« Poudre aux yeux »

« Même après déduction du crédit de 500 M$ en 2020, le projet de loi 34 va coûter environ 478 M$ de plus aux clients d’Hydro-Québec d’ici 2024 », estime l’économiste et analyste en énergie Jean-François Blain.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Il qualifie le projet de loi de « poudre aux yeux ». « Dire qu’on y gagne, c’est un mensonge de M. Legault. Il tente d’induire la population en erreur. [Avec la vieille formule], on aurait probablement eu droit à une baisse de tarifs en 2020. Hydro-Québec doit être mort de rire. »

L’Association québécoise des consommateurs industriels d’électricité (AQCIE), qui représente plusieurs grandes entreprises dont les alumineries, juge pour sa part que le projet de loi coûtera 560 M$ de plus sur cinq ans aux clients.

Promesse rompue ?

Rappelons que la CAQ s’était d’abord engagée à rembourser non pas 500 M$, mais 1,5 G$ avec le projet de loi 34.

« Les mesures que nous mettons en place dès janvier 2020 permettront de retourner près de 1,5 milliard de dollars sur cinq ans aux clients d’Hydro-Québec, sous forme de remise et d’économies », affirmait le ministre de l’Énergie Jonatan Julien en juin.

En matinée hier, le premier ministre Legault a reconnu que le remboursement des 1,5 milliard $ en trop-perçus promis n’aurait pas lieu. Il s’est défendu d’avoir rompu une promesse.

« Le 1,5 milliard $ [est] déjà en grande partie retourné en diminuant la taxe scolaire, en augmentant les allocations familiales et en baissant le tarif des garderies. C’est la promesse qu’on respecte », a-t-il affirmé.

-Avec Charles Lecavalier et Marie-Christine Trottier

Les hausses de tarifs depuis 2010

Année Hausse demandée (%) Hausse accordée (%) Inflation (%)
2010 0,5 0,4 1,2
2011 0,0 -0,4 3
2012 1,7 -0,5 2,1
2013 3,4 2,4 0,7
2014 5,8 4,3 1,4
2015 3,9 2,9 1,1
2016 1,7 0,7 0,7
2017 1,6 0,7 1
2018 1,1 0,3 1,7
2019 1,2 0,9 2,2
Moyenne (2010-19) 2,10 1,2 1,5

PROJECTIONS (Inflation prévue)

  • 2020 : 2,2
  • 2021 : 2
  • 2022 : 2
  • 2023 : 2