/opinion/blogs/columnists
Navigation

L’échec prévisible du majordome

Être un retraité du journal Le Soleil, je serais en beau fusil, moi aussi...

Martin Cauchon, ex-ministre et ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Martin Cauchon, ex-ministre et ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias

Coup d'oeil sur cet article

Les retraités des anciens journaux régionaux des Desmarais (lire ici Gesca) ont toutes les raisons du monde d'être en beau fusil.   

J’ai croisé récemment une connaissance que j’apprécie particulièrement et qui travaille depuis longtemps pour cette institution franco-ontarienne québécoise de l’Outaouais, le journal Le Droit.       

Comme chaque fois que nous avons la chance de converser, la discussion a vite bifurqué vers la situation des médias en général, puis, cette fois-ci, de son journal en particulier. On spécule beaucoup, ces derniers temps, à propos de l’avenir du Droit.       

Devrait-il déménager à Gatineau et faire partie des journaux «régionaux» sis en terre québécoise? Sinon, devrait-on en faire un réel point d’ancrage de la collectivité franco-ontarienne et le rapatrier, par exemple, vers l’établissement d’enseignement La Cité collégiale?    

Mon pote a manifesté bien peu d’enthousiasme à l’idée de voir son journal déménager vers Gatineau, insistant sur les racines franco-ontariennes de celui-ci et sur l’importance du média au sein de cette collectivité. Aussi, il y a cet autre avantage qu’on ne peut occulter: l’Ontario «protège», en quelque sorte, les fonds de pension des employés.       

«Tsé, les Desmarais ont...»      

«Laisse faire les Desmarais. On s’en fout, des Desmarais.»      

Voilà. Sans appel. Sec de même.       

Et l’entracte du show se termine. Et le show recommence. Nous sommes souriants et bienheureux de la performance devant nous.         

Paul Desmarais Jr. et André Desmarais
Photo d'archives, Agence QMI
Paul Desmarais Jr. et André Desmarais

L’échec prévisible du majordome  

On le sait, depuis que le Groupe Capitales Médias a été mis au bord du gouffre financier, et depuis le départ de l’ex-majordome des Desmarais, des retraités des journaux dont Gesca s’est délestée sont en furie. C'est leur retraite qui est en cause, une retraite à laquelle ils ont cotisé toute une carrière professionnelle durant.      

«Des retraités des journaux du Groupe Capitales Médias ne décolèrent toujours pas contre Power Corporation. Ils se sentent trahis, alors que leurs fonds de retraite se retrouvent avec un déficit actuariel de 65 millions de dollars.  

“On est en colère. On a l’impression de s’être fait rouler royalement dans la farine par les Desmarais et Martin Cauchon”, tonne l’ancien journaliste et retraité du quotidien Le Soleil Robert Fleury.  

Selon ce dernier, les Desmarais, qui détenaient les six journaux du Groupe Gesca, connaissaient très bien l’état des fonds de retraite lors de la vente, en 2015, à l’ex-politicien Martin Cauchon.»   

Et pourtant, dès que l’annonce de la vente des quotidiens a été faite, des doutes ont été soulevés. De sérieux doutes:       

«La transaction faisant passer six quotidiens de l’empire Gesca dans les mains d’un ancien politicien libéral a de quoi soulever l’inquiétude, selon le professeur en journalisme à l’Université d’Ottawa Marc-François Bernier.  

“C’est très inquiétant, lorsqu’un politicien achète des médias. C’est inquiétant également pour l’indépendance des salles de nouvelles”, a-t-il indiqué mercredi.  

Ce dernier soutient que le montage financier entourant cette transaction devra également être dévoilé.  

“Les gens ont le droit de connaître d’où provient l’argent et qui finance l’achat de ces journaux”, a-t-il fait savoir.  

D’autant plus que Martin Cauchon n’est pas connu comme un homme d’affaires possédant une grande fortune personnelle.  

“Qui va payer pour renflouer les fonds de pension des travailleurs? Qui va assurer les déficits de ces journaux? Ça va prendre beaucoup d’argent pour relancer ce nouveau groupe de presse”, a souligné le professeur Bernier.»   

D’autres observateurs se sont posé la même question: comment l’ex-politicien libéral, à qui l’on ne connaissait pas une immense fortune personnelle, a-t-il bien pu financer cette acquisition?      

Toujours la même réponse de celui qui, pour l’occasion, avait constitué un nouveau groupe de presse, Groupe Capitales Médias:         

Martin Cauchon, ex-ministre et ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias
PHOTO D'ARCHIVES, SIMON CLARK

«Combien M. Cauchon, un ami de la famille Desmarais, a-t-il déboursé pour acquérir Le Soleil, Le Quotidien, Le Nouvelliste, Le Droit, La Tribune et La Voix de l’Est? Mystère. “C’est de nature privée. Les termes et les conditions sont confidentiels”, a répété Martin Cauchon, qui a été ministre de la Justice sous Jean Chrétien.  

Comment M. Cauchon, qui a tenté sans succès de devenir chef du Parti libéral du Canada il y a deux ans, a-t-il réuni le financement? Les a-t-il vraiment payés? Impossible de le savoir.  

Que cela signifie-t-il pour l’avenir de ces journaux et pour leurs employés? Y aura-t-il des mises à pied lorsque le nouveau propriétaire aura mis en place son modèle d’affaires?  

“Trop tôt” pour le dire, a insisté Martin Cauchon, qui a déjà travaillé comme majordome au domaine des Desmarais à Sagard, dans Charlevoix, selon ce qu’avait révélé The Gazette en 2009.»      

Beaucoup de questions et peu de réponses.         

Martin Cauchon, ex-ministre et ex-propriétaire de Groupe Capitales Médias
PHOTO D'ARCHIVES, Agence QMI

Martin Cauchon: 500 000$ par année!  

Rien pour apaiser la colère des retraités des anciens journaux régionaux des Desmarais, on apprend par le journaliste Francis Vailles que l’ex-majordome des Desmarais ne s’est pas si mal tiré d’affaire dans cette affaire! Extrait du texte de Vailles dans La Presse:       

«L’ex-propriétaire de GCM, Martin Cauchon, avait demandé l’aide de Fondaction CSN avant que l’entreprise ne soit mise sous la protection de la Loi sur la faillite. L’aide avait toutefois été refusée, car la direction de GCM projetait de continuer à faire rouler la boîte comme dans le bon vieux temps, avec une structure de coûts élevés et des cadres supérieurs grassement payés.  

Ainsi, Martin Cauchon pouvait empocher 500 000$ par année, notamment en dividendes, tandis que le PDG Claude Gagnon avait un salaire de quelque 500 000$, selon trois sources.»      

Si on ne connaissait pas une grande fortune personnelle à Martin Cauchon avant l’aventure de Groupe Capitales Médias, disons qu’à l’aune de cette information, ce proche des Desmarais y aura gagné pas mal plus qu’un salaire de ministre, mettons.       

Malgré tout ça, pas de grand mouvement de solidarité envers ces retraités; non plus, pas d’indignation généralisée envers les Desmarais qui, de toute évidence, semblent avoir profité de la vente des quotidiens régionaux à leur ex-majordome pour se départir de la responsabilité des fonds de pension.       

«On s’aperçoit que les Desmarais ont bien manœuvré pour éviter de porter l’odieux de ce que l’on vit actuellement», a fait valoir un autre ex-journaliste et retraité du Soleil, Yves Therrien.      

Oui... Ils s’en tirent bien, les Desmarais, quand même...