/news/green
Navigation

Tempête automnale: une facture de 30 M$ pour Hydro-Québec

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La tempête de pluie et de vent qui a déferlé sur le Québec les 31 octobre et 1er novembre derniers a coûté pas moins de 30 M$ Hydro-Québec au chapitre des salaires et des réparations, a appris TVA Nouvelles.  

Quelque 1500 employés de la société d’État ont travaillé jour et nuit pendant une semaine pour rétablir le courant partout dans la province.   

Photo d'archives Agence QMI, Steve Madden

Le tiers de la facture est attribuable au renfort venu de l’État du Connecticut, aux États-Unis.   

«Dans ces cas-là, ce qui presse, c’est de rétablir le courant chez les gens, a indiqué Cendrix Bouchard, porte-parole d’Hydro-Québec. C’est la panne la plus importante depuis le verglas de 1998. Ça donne une idée. La pire panne en 25 ans du côté d’Hydro-Québec.»   

Photo d'archives Didier Debusschère

À titre comparatif, la crise du verglas de 1998 avait coûté 2 G$.   

«Ça a engendré des coûts, mais on n’est pas à l’abri de ça, a poursuivi M. Bouchard. On travaille dans un environnement où, quand la nature se déchaîne, il y a un impact et il y a une facture qui est reliée à ça.»   

Photo d'archives Agence QMI, Steve Madden

Rappelons que la tempête des 31 octobre et 1er novembre avait privé près d’un million de clients d’électricité dans la province. Certaines villes, dont Montréal, avaient même recommandé aux parents de repousser la cueillette des bonbons de 24 heures à l'occasion de l'Halloween.   

Mesures préventives  

Par ailleurs, Hydro-Québec s'attarde à instaurer des mesures pour prévenir ce genre de pannes à l’avenir.   

Douze équipes sont affectées de manière permanente à trouver des solutions, comme de l’élagage autour des poteaux.   

Photo d'archives Agence QMI, Steve Madden

Dans son plan stratégique 2020-2024, le PDG d’Hydro-Québec, Éric Martel, a octroyé 10 M$ de plus au budget des activités de prévention, le portant à 82 M$.   

M. Martel dit aussi vouloir doubler les profits de la société d’État d’ici 2030.